Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00

POUR UN 11 NOVEMBRE BRETON: "il ne saurait être question de laisser les vainqueurs écrire seuls l'histoire !" (Kateb Yacine poete Kabile)

Le 11 novembre dernier, à Guingamp une trentaine de personnes se sont rassemblées à l'appel d'Emgann bro Dreger et de Breizh Dazont. Les manifestants calmes, ont été empêchés par la police française de déposer une gerbe de fleurs sur le monument aux morts. Malgré ce déploiement policier, le candidat Breizh Dazont à la prochaine élection cantonale de Guingamp (le 04 décembre) Dominig Jolived-Klec'h a lu la déclaration suivante. Après cela et une minute de silence les militants présents ont chantés le "bro gozh".

Les Guigampais ont pu assiter nombreux aux pratiques honteuses de la police française qui sur odre du sous-préfet Eddie Boutera, interdit aux Bretons d'écrire leur histoire.

 

"A l’occasion du 11 novembre, il est coutume de voir fleurir les bouquets tricolores au pied des monuments aux morts où se rassemblent les représentants de l’état français avec képis et casquettes. La « Marseillaise » clôt cette cérémonie à la gloire de « nos braves combattants de 14 » et de la France, bonne mère, qui n’oublie pas ses enfants courageux.

Cette guerre était une guerre impérialiste et capitaliste.

         Un Français doit vivre pour elle

 Pour elle un Breton doit mourir (Botrel)

200 000 Bretons morts PAR la France et non POUR la France !

Ces milliers de noms qui figurent en lettres dorées sur les monuments aux morts de nos villes et villages, nous ne devons pas les oublier. Ce sont les nôtres, les noms de nos pères tués par une guerre qui ne les concernait pas. Le 11 novembre breton doit être à la fois la condamnation de cette guerre française et capitaliste et le rappel que 200 000 Bretons ne sont pas morts pour la France mais par la France. Laisserons-nous plus longtemps nos ennemis se servir de nos morts pour la gloire de la France ?

 Pour nous Bretons, cette victoire s’est traduite par la mort de 200 000 des nôtres, assassinés par ordre du gouvernement français.

En faire des héros ne coûte pas cher, alors qu’ils ne savaient pas pourquoi ils devaient quitter leur famille, leur pays pour aller pourrir à Verdun ou dans la Somme. Et pour cause, beaucoup d’entre eux ne savaient pas un mot de français avant de partir au front !

La Grande Guerre ce fût aussi cela. Un énorme facteur de francisation de notre peuple. Ce que l’enseignement obligatoire de Jules Ferry n’avait pas encore réussi à faire avant 14 allait être rendu inexorable après la guerre. 14-18 marque en effet le sommet et le déclin du breton au point de vue du nombre de ses locuteurs.

 Honorer ceux des nôtres qui ont été tués par cette guerre française, impérialiste et capitaliste, c’est parler leur langue, notre langue, ar Brezhoneg. Parlons, lisons, écrivons, apprenons pour le breton et luttons pour lui.

 Conformément à la volonté des soldats revenus du front, cet hommage est non militaire, sans uniformes et sans armes afin de célébrer la paix. Pas la paix du couvre feu de la clique fasciste Chirac, Villepin, Sarkozy, rejetons des militaristes et impérialistes français et allemands qui ont conduit au massacre de 10 millions de paysans et d’ouvriers. Aujourd’hui ils font la guerre aux pauvres et aux libertés. "

 Pour Breizh Dazont

 

Dominig JOLIVED

 

 

 

Repost 0
14 novembre 2005 1 14 /11 /novembre /2005 00:00


EVIT UL LID BREIZHEK D’AN 11 A VIZ DU: "Na laoskomp ket ar re greñv da skrivañ an istor o unan ! (Kateb Yacine, barzh Kabil)"

D'an 11  a viz du e Gwengamp un tregont bennak a dud o deus kemeret perzh en un tolpadeg  kenaozet gant Emgann bro dreger ha Breizh Dazont. Ar vanifesterien sioul, evezhiet gant kalzig a boliserien, n'o deus ket ar gwir da lakaat ur boker bleunioù war vonumant ar re varv. Kement mañ abalamour d'an is-prefed Eddie Boutera. Sed aze da heul ar brezegenn bet dalc'het gant Dominig Jolived-Klec'h, danvez kuzulier kanton evit votadeg ar 4 a viz kerzu e Gwengamp.

Goude ar brezegenn ar vanifesterien o deus kanet "Bro gozh ma zadoù" ha chomet int ur frapadig didrouz. Meur a wengampiz o deus bet tro  da welet doareoù mezhus ar galloud gall e Breizh a vir ouzh ar vretoned da skrivañ o istor e giz ma fell dezhe.

 

 

"D’an 11 a viz Du e kustumer gwelet bokedoù glas-gwenn-ruz e-harz bezioù-meur ar soudarded, ma vez bodet kannaded stad C’hall gwisket gant kepioù ha kasketennoù. Ar “marseillaise” a gloz al lidadeg-mañ da veuliñ hor soudarded karadek ha Bro-C’hall, mamm vat, n’he deus ket ankouaet he mibien galonek.

 

Ar brezel-se a voe ur brezel impalaerour ha kapitalour.

 

                  Ur Gall a rank bevañ eviti

 

                  Eviti e rank ur Breizhad mervel (Botrel)

 

200 000 Breizhad lazhet GANT Bro-C’hall ha n’eo ket EVIT Bro-C’hall.

 

Ar miliadoù a anvioù skrivet gant lizherennoù alaouret a weler war bezioù-meur hor c’hêrioù ha kêriadennoù eo arabat dimp o ankouaat. Hor re eo, anvioù hon tud lazhet gant ur brezel na selle ket oute.

 

Devezh an 11 a viz Du breizhek a dle talvezout dimp da gondaoniñ ar brezel gall ha kapitalour-se ha war un dro degas da soñj n’eus ket bet lazhet 200 000 Breizhad evit Bro-C’hall met gant Bro-C’hall. Ha lezel a raimp pelloc’h hon enebourien da implijout hor re varv evit meuliñ Bro-C’hall ?

 

Evidomp-ni Bretoned zo bet eus an trec’h-se 200 000 ac’hanomp bet lazhet war urzh ar gouarnamant gall.

 

Ober harozed anezhe ne goust ket ker pa ne ouient ket perak e rankent kuitaat o familhoù, o bro, da vont da vreinañ e Verdun pe er Somme. Ha kement-se peogwir ne ouie ket an darn vrasañ anezhe tamm Galleg ebet, a-raok mont d’an talbenn !

 

Ar Brezel Bras a voe ivez an dra-mañ. Hon pobl gallekaet. Goude ar brezel e teuas da wir ar pezh na oa ket deuet a-benn c’hoazh kelenn ret Jules Ferry a-raok 14. 14-18 eo ar c’houlz ma voe ar muiañ a vrezhonegerien ha ma krogas o niver da vont war gil. Enoriñ hon tud lazhet gant ar brezel impalaerour, kapitalour ha gall-se  zo komz o yezh, hon yezh, ar Brezhoneg. Komz, lenn, skrivañ, deskiñ ha stourm evit ar Brezhoneg.

 

Hervez youl ar soudarded distroet eus an euzhadeg eo al lid-mañ ul lid nann-milourel, hep unwiskoù hag hep armoù, a-benn enoriñ ar peoc’h. N’eo ket peoc’h ar vandennad faskourien Chirac, Villepin, Sarkozy, diskennidi milourien impalaerour gall hag alamant kiriek da lazhadeg 10 milion a beizanted ha micherourien. Hirie e lazhont ar frankizoù hag e reont brezel d’ar re baour.  "

 

 

 

 

 

Evit Breizh Dazont

 

Dominig JOLIVED

 

           

 

Repost 0
8 novembre 2005 2 08 /11 /novembre /2005 00:00

gwenn-ha-du.jpg

Emgann-MGI
BP70215 22202 Gwengamp cedex.

Honorons les bretons morts par la france.

Emgann-MGI invite ses membres et sympathisants à se rendre aux initiatives en hommage aux Bretons morts par la france entre 1914 et 1918 à l'occasion
de la célébration de l'armistice du 11 novembre.
A Guingamp nous donnons rendez vous à tous à 11h place de verdun. Venez avec vos Gwenn ha du.

Doming Jolived Klec'h (candidat nationaliste  Breizh Dazont à l'élection cantonale de Guingamp du 04 décembre) y prendra la parole.

Pour Emgann-MGI: JM Salomon.

Enor d’ar Vretoned marv DRE Bro C’hall

Pediñ a ra Emgann e izili hag an holl , da gemer perzh e pep lec’h ,e lidoù an 11 a viz du , deiz ha bloaz fin ar brezel 14 –18, e koun ar miliadoù a Vretoned marv DRE Bro C’hall.

E Gwengamp , e vo an emgav , da 11 eur , e plasenn Verdun.

Deuit gant banielloù Gwenn ha Du. Dominig Jolived-Klec'h (danvez kuzulier kanton da genver votadeg ar 4 a viz kerzu e kanton Gwengamp) a gemero ar gaoz e anv Breizh Dazont.

 

Evit Emgann : Jan Mai SALOMON


Repost 0
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00


Emgann-MGI

BP70215 22202 Gwengamp cedex

http://bretagnelibre.over-blog.com/

 

Communiqué : prière d’insérer dans vos colonnes.

C’est avec intérêt que le comité Trégor-Goelo d’ Emgann-Mouvement de la Gauche indépendantiste a pris connaissance de la volonté de certains acteurs du mouvement social à Guingamp de créer un comité de défense des services publics. Nous partageons leurs préoccupations face à la casse organisée de certains services (postes, hôpitaux, ….) qui contribue à la désertification d’une grande partie du territoire Breton.

Toutefois nous n’avons pas participé à la réunion de constitution du comité de défense des services publics car c’est avec surprise que nous avons été informés que l’objet de ce comité était d’organiser un déplacement au congrès des maires de France  lorsque nous avons reçu l’invitation !

C’est une conception pour le moins centraliste de la lutte qui va à l’encontre de nos principes.

Nous pensons que c’est aux Bretons, ici en Bretagne, d’imposer un rapport de force local afin de défendre les services publics. Une telle lutte d’ailleurs se doit de mettre sur la table le fait que les impôts des Bretons ne sont pas utilisés en Bretagne par une assemblée bretonne démocratiquement élue et donc sous contrôle du peuple Breton. Nous savons parfaitement que cette analyse n’est pas partagée par certaines composantes du mouvement de défense des services publics qui sont en vérité d’ardents défenseurs du centralisme parisien et du statut quo actuel qui ne garantit en rien une juste répartition des services publics.

Nous invitons nos sympathisants à s’investir résolument dans la campagne électoral du mouvement Breizh dazont qui présente sur le canton de Guingamp le camarade Dominig Jolived-Klec’h.

Sa candidature ,assumée par des nationalistes de gauche organisés ou non à Emgann-MGI, sera l’occasion dans ce canton durement frappé par le chômage et la misère sociale, de lier défense de l’emploi et des services publics et la nécessaire mise en place d’une assemblée bretonne démocratiquement élue et disposant de large prérogatives fiscales et législatives, garantissant ainsi notre droit à l’autodétermination nationale et une juste répartition des richesses et des services.

C’est la façon la plus efficace de contrer les plans antisociaux du gouvernement ultralibéral français qui sont contraires aux intérêts du peuple Breton.

Pour le comité Emgann-MGI du Trégor-Goelo , le porte parole :Jan Mai Salomon.(le 04 novembre 2005)

Repost 0
27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 00:00

                                                        gwenn-ha-du.jpg

Réunis (à l'initiative d'Emgann Trégor-Goelo) le 26 octobre 2005, une vingtaine de militants de la mouvance bretonne progressiste ont décidé de participer à l’élection cantonale partielle du canton de Guingamp qui intervient suite à la démission de la conseillère générale du PS.

 

 

 

Les militants réunis ont désigné Dominig Jolived-Klec’h, enseignant,  Guingampais de longue date, syndicaliste, 42 ans et deux enfants.

 Ils ont par ailleurs décidés de présenter ce candidat dans le cadre de la plate-forme électorale « Breizh Dazont » (Bretagne l’avenir) qui depuis 2004 a présenté ou soutenu plusieurs candidats en Bretagne afin de proposer une alternative défendant le droit à l’autodétermination du peuple Breton et la justice sociale.

 

 

La campagne sera axée essentiellement sur quatre points :

 -Tous les autres partis en présence ont exercé des responsabilités à l’échelon cantonal, municipal, régional ou hexagonal, aucun d’entre eux n’a réussi à résoudre les problèmes quotidiens des Bretons. Leurs candidats seront de fait des candidats de partis liés peu ou prou à Paris. Nous sommes les seuls à être indépendants des partis de Paris. Voter pour nous, c’est leur distribuer un carton rouge.

 

 

 

 

 -Nous pensons que le principal problème que rencontre les Bretons (notamment les plus jeunes et les plus modestes) est celui du logement en raison de la spéculation immobilière. Les chiffres concernant Guingamp et les communes environnantes sont éloquents : entre 1997 et 2000 le prix des maisons anciennes a augmenté de 59 %, celui des appartements de 38% et celui des terrains à bâtir de 52 % ! Les loyers ont aussi augmenté en conséquence. Nous proposons la création par le conseil général d’un établissement public foncier afin de pouvoir aider les communes à racheter maisons et terrains qu’elles peuvent frapper de préemption (en coordination avec les initiatives de ce type existants par ailleurs en Bretagne). C’est la seule façon de briser la courbe spéculative !

 

 

 

 

-Nous souhaitons que la politique de transport du conseil général tende vers la gratuité pour les chômeurs et les étudiants.

 -Les projets culturels existants ne sont pas assez à l’écoute du monde associatif du canton et de la jeunesse. Il n’existe pas par exemple de salle associative conviviale de petite contenance pour les concerts ou les réunions. Nous avons des propositions concrètes à faire sur ce sujet. De même nous pensons que la place de la langue Bretonne dans la vie publique doit être plus grande et les initiatives allant dans ce sens aidées de façon volontariste. Les sports doivent être accessibles à tous, des infrastructures doivent être crées dans ce sens.

Pour tous renseignements  et soutien financier ou politique: djk.breizh@free.fr 0685383121

 

 

 

 

 

 Pour plus d'infos sur Breizh Dazont :

 http://membres.lycos.fr/breizhdazont/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 00:00

emgann.gif

 

Comme vous le savez sans doute la conseillère générale PS du canton de Guingamp a donné sa démission pour des raisons personnelles. C’est pourquoi les habitants du canton de Guingamp devront revoter d’ici peu. (Ploumagoar, Guingamp, Mousteru, Graces, Pabu, Plouisy, saint Agathon, Coadout). Le vote aura vraisemblablement lieu le 4 et 11 décembre.

Nous pensons que les nationalistes se doivent d’être sur les rangs pendant cette élection, afin de proposer aux électeurs de voter pour quelqu’un incarnant nos idées.

Nous désignerons la semaine prochaine notre candidat-e. Qu'on se le dise ! Si vous êtes intéressés pour participer à cette campagne contactez nous !

Repost 0
17 octobre 2005 1 17 /10 /octobre /2005 00:00

 

gwenn-ha-du.jpg

Nation rebelle ou province soumise ?

L’institution française appelée conseil régional de Bretagne a donc présenté il y a peu son nouveau logo. Nous pensons comme beaucoup de Bretons, que les dépenses engagées pour cette opération auraient pu être employées de façon plus judicieuse. L’argent des Bretons ainsi dépensé aurait été plus utile dans , par exemple, la réfection nécessaire du seul lycée immersif en langue Bretonne de Bretagne situé à Karaez (Lise Diwan)où salariés, Lycéens, et professeurs continuent de travailler dans des conditions lamentables et ce malgré les promesses du président de Région LeDrian, ou encore pour rendre bilingue les lignes SNCF et les gares qomme le demande certains.

Quoiqu’il en soit ce nouveau symbole français ne représentera jamais le peuple Breton, il est voué comme l’ancien à disparaître.

Comme l’ont rappelé de nombreux manifestants présents le premier octobre à Saint Nazaire en faveur de l’unité de la Bretagne, nous sommes une nation de Brest à Clisson et ce jour là comme dans très nombreuses manifestations et évènements populaires c’est bien le Gwenn Ha du qui flottait en nombre.

Ce nouveau logo à l’esthétique discutable correspond par contre parfaitement au manque d’ambition de l’ensemble des élus du conseil régional pour que les Bretons bénéficient d’institutions spécifiques garantes de leurs droits nationaux et qui pourraient permettre au Gwenn ha Du de flotter aux cotés des bannières Danoises,Lituaniennes, Slovaques dans l’Europe de demain (pour ne citer que des exemples de nations ayantune taille ou une population comparable à celles de la Bretagne). C’est le symbole d’une province (pays vaincu en latin), d’une province soumise a ses maîtres de Paris, le Gwenn ha Du par contre restera lui le symbole d’une nation rebelle en quête de nouvelles libertés, et c’est bien lui que nous continuerons à brandir fièrement dans les multiples mobilisations auxquelles nous participons dans le cadre de la lutte de libération nationale du peuple Breton pour l’indépendance.

Pour Emgann-MGI : Jan Mai Salomon. (le 100805)

Repost 0
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00
arton64.jpg

Emgann-MGI BP70215 22202 Gwengamp cedex

Emgann se réjouit du transfert de notre camarade et ami Kristian Georgeault ,militant indépendantiste Breton, en Bretagne après cinq années et demi passées dans les geoles françaises.

Cela ne procède que d’une application légale des textes de loi français.

L’exception : Ce sont les conditions particulièrement difficiles et inacceptables qui sont appliquées à Kristian sa famille, et à tous les prisonniers politiques dans cette belle démocratie qu’est l’état français. C’est également la lourdeur démesurée des condamnations prononcées par le tribunal politique parisien.

Emgann ne peut et ne doit ignorer que la répression est et a toujours été l’arme de nos occupants , visant en particulier les plus engagés.

Emgann lutte et luttera contre cette oppression.

Emgann lutte et luttera pour la libération de Kristian en prison pour son engagement nationaliste.

Emgann appelle à soutenir toute action de soutien en faveur de Kristian .

Pour Emgann : Jan-Mai Salomon

Pour écrire : Kristian Georgeault n°20533 Cellule OG15 Centre de détention - Kerbrient 56270 Planvour

Repost 0
24 septembre 2005 6 24 /09 /septembre /2005 00:00

logo-aap-small.jpg

Communiqué du Mouvement de la gauche indépendantiste Bretonne Emgann suite aux violences policères à Pau.

EMGANN bp 70215 222202 Gwengamp cedex

Gwengamp, 24/09/05

EMGANN, mouvement de la gauche indépendantiste bretonne, se déclare solidaire des organisations Anaram Au Patac (mouvement de la gauche révolutionnnaire occitane)et Batasuna (gauche patriote basque). Le mouvement abertzale (patriote) basque continue de subir une pression para-légale et para-politique consistant à faire de chaque acteur du mouvement social basque un terroriste en puissance. L'Audiencia Nacional (tribunal d'exception espagnol) s'en est récemment pris au syndicat LAB et au parti politique EHAK.


Les violences policières de Pau nous rapellent qu'il y 20 ans une France dite socialiste laissait complaisement les assassins du GAL opérer sur son territoire. Il y a 10 ans elle faisait la chasse aux réfugiés. Aujourd'hui la France de Sarkozy laisse en tout impunité des policiers s'en prendre à des militants, banalisant la situation de conflit au Pays basque et légitimant la stratégie d'illégalisation menée par l'Espagne. La résolution du conflit au Pays Basque passera par une phase politique. L'illégalisation de structures et le macro-procès retardent inutilement et cyniquement cette résolution, selon les voeux de la majorité sociale du Pays Basque.

Pour Emgann-MGI: Yannig Laporte

Ci-joint le communiqué commun d'Anaram au Patac et Batasuna du 23 septembre.

Anaram Au Patac et Batasuna dénoncent d'une même vix les violences policières qui ont eu lieu ce vendredi 23 septembre au Tribunal de Pau. Des agents de la Police Nationale ont frappé, insulté, la famille d'Oier OA et les militant-es d'Anaram Au Patac et de Batasuna présents. Et ce, sans ordres de leur hiérarchie ni provocations de la part des manifestants.

Oier OA est poursuivi par l'Audience Nationale espagnole dans le cadre du procès 18/98. Oier est militant du mouvement de jeunesse indépendantiste basque SEGI, illégalisé dans l'état espagnol ainsi que de nombreuses structures politiques, associatives et médias basques. Oier est sous le coup d'une demande d'application du Mandat d'arrêt européen. Le procès se déroulant en Occitània, Anaram Au Patac était présent dans un esprit de solidarité internationale.

L'avocat Didier Rouget a obtenu le report du procès au vendredi 30 septembre. La famille s'est alors rendue à l'arrière du Tribunal pour attendre Oier et le saluer. C'est le moment qu'a choisi la police pour les agresser. La mère d'Oier et l'ensemble des présents ont été insultés de façon ahurissante, des militants menacés personnellement, frappés au sol. Parmi lesquels Xabi Larralde, conseiller municipal à Baiona.

Rien ne peut justifier une telle agression qui a eu lieu sous le regard d'un gradé resté sans réactions. Le climat d'impunité policière accentué par les mesures de Nicolas Sarkozy ne peut pas, et ne doit pas, être accepté.

Anaram Au Patac et Batasuna réitèrent leur soutien à Oier et réaffirment que la solidarité entre les peuples est nécessaire à l'émancipation de chacun.

Anaram Au Patac et Batasuna appellent à être présent-es le vendredi 30 septembre à 9 h au tribunal de Pau pour soutenir Oier et dénoncer la violation des droits individuels et collectifs que représente le procès 18/98.

Le rassemblement du 30 septembre sera aussi le moment de dénoncer les violences policières.

Pour plus d'informations sur le procès 18/98 et le Mandat d'arrêt européen : mae18.98@free.fr

Repost 0
16 septembre 2005 5 16 /09 /septembre /2005 00:00

Nous publions ci après à titre informatif l'appel de Bretagne Réunie en faveur d'une manifestation pour l'unité de la Bretagne, le mouvement Emgann-MGi fera connaitre lundi 19 septembre sa position nationale sur cette initiative et sur quelles bases nous nous y associerons...

 

Communiqué de Bretagne Réunie


SAINT-NAZAIRE le 26 Aout 2005: Bretagne Réunie appelle à la mobilisation pour la manifestation du 1er octobre à SAINT-NAZAIRE

 

Bretagne Réunie appelle à la mobilisation pour la manifestation du 1er octobre à SAINT-NAZAIRE.

Après les espoirs suscités par le changement de présidence au conseil général de Loire-Atlantique et la mise en place d'une nouvelle équipe à la tête de la région Bretagne administrative, force est de constater que les applications concrètes du vœu du conseil général de Loire-Atlantique de 2001 et de la résolution du conseil régional de 2004 pour la réunification de la Bretagne n'ont fait l'objet d'aucun élément de concrétisation. La commission mixte tant attendue prévue pour réunir les élus du département et de la région et lancer le processus de la réunification n'a toujours pas été mise en place. La rencontre entre les présidents des régions administratives Bretagne et Pays de Loire et Bretagne Réunie le 14 juin 2005 à La Turballe a confirmé que leur choix politique est de maintenir le statu-quo en privilégiant les coopérations interrégionales au détriment de la reconnaissance d'une Bretagne économique et culturelle cohérente à cinq départements. La majorité de gauche du conseil régional des Pays de Loire, que Bretagne Réunie a rencontrée le 20 juin 2005 à Nantes, s'accroche coûte que coûte à l'existence d'une région largement contestée, alors qu'une réflexion sur la recomposition des régions administratives de l'Ouest de la France est devenue indispensable. L'aide accordée à quelques associations culturelles bretonnes de Loire-Atlantique par le conseil régional des Pays de Loire est l'alibi qui permet à cette région artificielle de poursuivre inlassablement sa politique de négation identitaire et démocratique vis-à-vis des 1 300 000 Bretons de Loire-Atlantique.

Après les manifestations de ces dernières années, 1998, 2001, 2003, 2004, à Nantes, Bretagne Réunie a choisi d'organiser une nouvelle manifestation cette fois à Saint-Nazaire. Pour réaffirmer le caractère breton de tout le littoral de la Loire-Atlantique, du Pays de Retz à La Presqu'île Guérandaise et notamment de Saint-Nazaire. Montrer que la revendication de la réunification de la Bretagne est populaire. Rappeler aux élus bretons l'application de leurs promesses. Demander des éclaircissements sur l'origine des blocages institutionnels et en particulier du refus d'une consultation populaire pour la réunification de la Bretagne. Car depuis trop longtemps les responsables politiques se renvoient la balle : « c'est la faute à l'Etat, c'est la faute au département, c'est la faute à la région … » alors que tous les éléments juridiques existent dans la loi française pour modifier les limites des régions administratives.

Manifestation samedi 1er octobre 2005 à 15 heures face à la base sous-marine de Saint-Nazaire. La manifestation est organisée par Bretagne Réunie avec le soutien du Conseil Culturel de Bretagne et de l'Institut Culturel de Bretagne. Les citoyens doivent pouvoir vivre dans des Régions librement choisies qui présentent une cohérence culturelle, historique, et économique.

Emile Granville,
président de Bretagne Réunie.

Repost 0

Articles Récents