Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 09:35

 

EMGANN - Emsav an tu kleiz evit Breizh Dizalc'h - a lâr ar salud d'an 2 stourmer brodelour korsat bet barnet e Pariz. Glan e oant eus an torfed rebechet outo, ha daoust da se e oant en toullbac'h da c'hortoz abaoe 7 vloaz. 30 vloaz a oa bet goulennet en-dro evit bezañ bet e penn ar bagad tud o doa lazhet ar prefed Erignac. Dalc'homp soñj e oa bet harzhet tud e-leizh goude an afer-se, ha goude bezañ bet dislavaret diwar-benn ar beizanted eo bremañ dislavaret ar justis gant ar gelennerien, lakaet da dorfedourien gant enklaskerien a zo kustum da gontañ gevier ha sevel skridoù faos. Dre m'eo bet mesket fedoù all int bet kondaonet memestra da 8 ha 10 vloaz, ha dizale e rankfent distreiñ d'o bro da gavout o zud en-dro. Dizale e vo barnet Yvan Colonna, unan all bet lakaet da aberzh gant justis ar Stad-C'hall, fiziañ hon eus e vo didamallet ivez. E Breizh e c'hortozomp e vefe divac'het Kristian Georgeault, kondaonet da 11 vloaz evit bezañ e-barzh an ARB.Dalc'homp soñj e oa bet, eñ hag e gendamallidi, lakaet e gaou e liamm gant gwalldaol Kewer. Bez e c'hell hervez al lezenn bezañ laosket da vont er-maez dindan evezh. Justis evit hor pobloù ! Frankiz evit ar brizonidi ! EMGANN - darempredoù etrebroadel (Embannet eo bet ar gemennadenn-mañ a-raok galv ar varnerien enklask a laka an traoù da badout. Kengred omp gant an holl re a c'houzañvo ar galv direizh-se).

Evit Emgann Yannig Laporte (darempredoù etrebroadel) d'ar 27/02/06

Repost 0
3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 09:31

De Jean Castela à Kristian Georgeault EMGANN - Mouvement de la gauche indépendantiste bretonne - salut les 2 militants nationalistes corses qui viennent d'être jugés à Paris. Innoncents, ils passèrent quand même 7 ans en prison et furent condamnés une première fois à 30 ans de prison en raison de leur présumé rôle à la tête du commando Erignac.

Souvenons-nous que beaucoup de gens de tous milieux furent arrétés à ce moment-là, et maintenant après la piste des agriculteurs c'est la piste des enseignants qui vole en éclat, preuve flagrante des manipulations dont les services anti-terroristes nous ont habitués. De part l'adjonction d'autres faits Jean Castela et Vincent Andriuzzi sont condamnés à 10 et 8 ans, ils devraient donc rejoindre les leurs dans quelques mois. Bientôt sera jugé Yvan Colonna, autre sacrifié de la justice française, et son innocence plusieurs fois proclamée devra être reconnue.

En Bretagne nous voulons voir le retour de Kristian Georgeault parmi les siens. Il fut condamné à 11 ans de prison pour participation aux actions de l'Armée Révolutionnaire Bretonne. Souvenons-nous qu'il fut, lui et ses camarades, accusé à tort d'être en lien avec l'attentat de Quévert. Il devrait selon la loi bénéficier d'une mise en libération conditionnelle. Justice pour nos peuples ! Liberté pour les prisonniers !

Yannig Laporte (le 27 février)

EMGANN - relations internationales

Repost 0
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 14:38

La semaine dernière  (21 01 06) plus d'une trentaine d'organisations indépendantistes et/ou de gauche venues d'Europe et du reste du monde s'étaient déplacées à Bilbao pour assister au congrès de la gauche indépendantiste Basque Batasuna. Cette formation interdite par une loi scélérate dans l'état espagnole a vu son congrès interdit  à la dernière minute par décision de la justice madrilène.

Spontanément un groupe de citoyens Basques a convoqué un rassemblement à l'endroit même ou devait se tenir le congrès interdit. Plus de 10 000 personnes sont venues écouter divers orateurs de l'ensemble du monde syndicale et politique basque (à l'exception notable du Parti Nationaliste Basque) qui se sont inquiétés de cette nouvelle réduction  des libertés civiles et politiques en Euskal Herria.

(ci dessous Arnaldo Otegi)

 

Pour sa part Arnaldo Otegi (membre de la direction de Batasuna) a réaffirmé devant cette foule surveillée par les hélicoptères de la police autonome Basque, qu'une solution politique au Pays Basque était plus plus que jamais à l'ordre du jour. Et ce malgré la répression et les difficultés grandissantes. Les délégués internationaux présents ont été acclamés par la foule, et se sont convertis en observateurs internationaux afin de rendre compte de cette nouvelle violation des droits démocratiques des basques à pouvoir s'organiser politiquement dans leurs propres pays.

 

(ci dessous une vue de la délégation internationale avec le MDT Catalans et Emgann-MGI)

 

 

 

 

La présence d'Emgann-MGI s'inscrivait dans une longue tradition de solidarité entre nos deux peuples et mouvements.

Au cours des réunions ayant eu lieu, de nombreuses pistes de travail communes pour les prochains mois, notamment entre les délégations des peuples sous domination française ont été mises en place.

Emgann-MGI (relations internationales).

Les organisations présentes étaient les suivantes:

Red and green alliance (Norvège), les Verts italiens, le réseau des communistes Italiens, Sinn Féin (Irlande), Ligue des communistes Grecs (leading commitees), Politica Operaria de Portugal, le mouvement indépendatiste Sarde, Corsica Nazione, Scottish Socialist Party, le FLP Tavini de Polynésie-Tahití, le MDES Guyane, Anaram au Patac Occitanie, Endavant y MDT de los Països Catalans, FPG y Nós de Galiza, Izquierda Castellana, Corriente Roja, Patria Libre y Agrupación Martín Fierro de Argentina, Front populaire de libération de la palestine, Organisations de s Tigres Tamouls du  Sri Lanka, Emgann-MGI Breizh,...

(ci dessous Corriente Roja, Sinn Fein, MDT, Emgann-MGI)

Repost 0
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 11:17

En janvier 1991 le militant autonomiste de l'UDB Jean Groix décédait dans une prison française. Nous publions ci-après deux textes au sujet de ce drame. L'un récent, a été écrit par Alan Coraud militant indépendantiste Breton bien connu du vignoble, l'autre plus ancien a été écrit par Gael Roblin (alors incarcéré) en 2001 à l'occasion des 10 ans de la mort de Jean Groix.

D ‘Alan Coraud  ancien porte-parole du Mouvement d’Insoumission Bretonne .Ami du Docteur Jean Groix

 

 

 En 1990, Natacha Danais, 13 ans, de Rezé près de Nantes était enlevée et assassinée.

 

 

Aujourd’hui, le tueur en série Fourniret reconnaît ce meurtre parmi tant d’autres.A la même époque des militants basques  d’ETA étaient arrêtés au cabinet du Docteur Jean Groix à Rezé .

 

 

La Police Judiciaire fut rapidement dessaisie de l’enquête en faveur des très politiques DNAT (Direction Nationale de l’Anti Terrorisme ) et des Renseignements Généraux.

 

 

Il s’en suivit une campagne d’accusation contre le Docteur Groix à  qui on imputa sans réserve le meurtre de Natacha.Trop de médias à l’époque se firent largement l’écho de la version officielle qui traînait ainsi dans l’opprobre un militant breton désintéressé, un vétérinaire apprécié et un père de famille attentionné.Le Docteur Jean Groix était à la fois mon ami, le vétérinaire de mon exploitation et  un compagnon de l’action politique en faveur d’une Bretagne émancipée.

 

 

J’étais alors porte parole du Mouvement d’Insoumission Bretonne, aujourd’hui disparu.

 

 

Les conférences de presse que nous organisions après son arrestation dénonçaient les campagnes odieuses contre Jean Groix. L’hospitalité d’un Breton en faveur de Basques et à la condition qu’ils ne soient pas armés était dans la nature de ce militant généreux.

 

 

Mais comme dans l’affaire des Irlandais de Vincennes, un arsenal d’armes fut saisi. C’était une machination. A la prison de Fresnes la haine des détenus contre lui fut organisée .La pression était énorme. On le retrouva mort dans sa cellule.Il aurait fallu une contre-expertise. Il laissa une femme et deux jeunes enfants dans le plus grand chagrin et le Mouvement Politique Breton dans le plus grand désarroi.

 

 

L’objectif était atteint : casser tout mouvement de soutien important en déstabilisant les militants et éliminer un militant nationaliste breton d’envergure en l’accusant du pire des meurtres.

 

 

La créature Fourniret qui a commis tant de meurtres de jeunes filles ne peut être accusé de la mort de Jean Groix. C’est bien le système politique français non démocratique, sans le contre- pouvoir d’une presse et de médias réellement indépendants qui a l’entière responsabilité de la mort cruelle du Docteur Jean Groix.

 

 

Que les Bretons s’en souviennent pour qu’à l’avenir nous fassions barrage à toute turpitude d’un système politique dangereux car en fin de vie. Et que les représentants de l’Etat s’excusent publiquement au nom de cet Etat. Ce serait un minimum de dignité par rapport à sa famille.

Alan Coraud.

 

C’était l’un des nôtres…
 
Le 29 novembre 1990, Jean Groix était incarcéré, le 29 janvier 1991, il mettait fin à ses jours dans une prison française. Il est donc décédé il y a dix ans. Je ne l’ai pas connu et je sais peu de choses sur lui.
Je sais qu’il habitait Rezé et militait à l’UDB, et qu’à ce titre il avait réalisé des scores électoraux qui feraient encore des envieux. Je sais que ses enfants étaient scolarisés à Diwan. Bref, c’était l’un des nôtres.
Il avait été incarcéré dans le cadre d’une procédure « antiterroriste » pour avoir hébergé des militants basques. L’un d’eux était Peio Mariñelarena, qui décédera, lui aussi, en détention.
Je suis un peu gêné d’avoir à écrire ces lignes, ce triste « anniversaire » aurait dû amener d’autres qui l’ont connu à lui rendre un hommage plus vibrant.
A moins que certaines morts ne soient exploitables politiquement et que d’autres ne nous renvoient à nos échecs et doivent donc être condamnées à sombrer dans un confortable oubli ?
Il y a quelques années, nous nous étions rassemblés autour de sa tombe, par delà nos appartenance partisanes, pour honorer sa mémoire, pour ne pas oublier l’un des nôtres. Peut-être que ma situation actuelle me permet de mieux supputer quel était l’état d’esprit de ce camarade ?
Peut-être que seuls ceux et celles qui ont subi l’humiliation de six « fouilles intimes » en quelques heures peuvent deviner quel désarroi a traversé l’esprit de cet homme ?
Peut-être que seuls ceux et celles qui ont subi une campagne de presse calomnieuse savamment orchestrée par des médias complices de certains services juridico-policiers peuvent partager a posteriori une infime partie de son désespoir ?
Je n’ai qu’une certitude, il faut évoquer aussi cet échec tragique, ce moment de notre histoire collective où notre solidarité a fait défaut. Et ce, pour ne pas oublier que ceux et celles qui ont provoqué sa mort, en requérant et en ordonnant son placement en détention, n’ont pas eu de comptes à rendre, pas plus que ceux qui ont jugé son état de santé compatible avec la détention. Pas plus que ceux, d’ailleurs, qui sont responsable du décès en milieu carcéral de Peio Mariñelarena.
Ceux-là sont toujours en poste.
Il nous faut nous souvenir des nôtres, car il ne faut attendre ni excuses, ni regrets des « démocrates français »  de service, ceux-là, par leurs silences complices cautionnent l’existence d’une juridiction qui protège leur République à grands coups d’isolement carcéral, de maltraitances diverses, de destruction psychique, d’éloignement, de désespoir et de dizaines d’années d’enfermement.
C’était l’un des nôtres. Bien que dans la lutte pour la liberté, il n’y ait ni héros ni martyrs… juste des camarades, moi, je m’en souviens.
Gaël Roblin
Prisonnier politique breton
La Santé, 22.03.01
(texte publié dans le Kannadig du premier trimestre 2001 de Skoazell vreizh)

 

Repost 0
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 17:51


TOTAL CRACHE SA MERDE DANS L'ESTUAIRE, LA PREFECTURE COMPLICE ! Mercredi dernier, deux butaniers sont entrés en collision devant le terminal pétrolier de Donges laissant s'échapper de 30 à 40 tonnes de fioul lourd ( il s'agit ici de fioul de propulsion). Ces nappes d'hydrocarbures qualifiées de simples tâches par la préfecture de Loire-Atlantique continue encore de dériver entre Donges et le large de St Nazaire. Les autorités française dites compétentes continue de minimiser cette grave pollution; pourtant les roselières et vasières, écosystème au combien fragile et précieux, du sud de l'estuaire (entre Corsept et Paimboeuf) ainsi que certaines plages au nord de l'estuaire sont touchées. Selon la LPO ce sont entre 12000 et 15000 oiseaux migrateurs (c'est à dire près de la moitié des effectifs qui y passent l'hiver) qui sont mazoutés. Pour l'office nationale de la chasse et de la faune sauvage, ce sont 80 à 90% des oiseaux qui sont atteints par cette catastrophe. Ces oiseaux ne pourront être sauvés car leur biotope, naturellement marécageux, est inaccessible à cette période de l'année. Face à ce désastre la préfecture fait preuve d'une grande lacheté et de mépris en tentant de minimiser la catastrophe. Ainsi le directeur des services Défenses et Protection Civiles de la Préfecture, Mr Maltete, déclare: Il s'agit d'une part importante d'oiseaux, a priori, frappés par la pollution. La cause reste à vérifier(...)Nous ne pouvons évoquer des problèmes qui n'existent pas (sic). Donc si on comprend bien ces propos une partie seulement de ces oiseaux mazoutés le sont à cause de cette pollution,les autres ont sûrement été d'eux-même s'intoxiquer ailleurs. Mettant ainsi en doute la parole des les ornithologues présents sur le terrain et celle des Pêcheurs Professionels de Loire qui déclare: Les collègues ont eut leur matériel souillé,les tamis était plein de pétrole. On dirait bien que les pouvoirs publics prennent un certains soin à étouffer l'affaire et par la même occasion à protéger le géant Groupe Total (gérant de la raffinerie) si généreux en certaines occasions... La Bretagne ne souffre que trop de ces multiples et répétitives pollutions! Oui Total doit payer et il lui reste beaucoup à payer. Mais notre pays souffre autant de la compromission de l'Etat français et de ses gouverneurs provinciaux, les préfets, qui n'hésitent pas à livre notre environnement aux mains et aux lois du marché. Ce n'est que par la mobilisation de toutes et tous pour l'acquisition de vrais pouvoirs politiques, ici, en Bretagne, que nous pourrons enfin prendre en main notre propre avenir écologique !



Le comité local Emgann-Naoned invite donc toutes les personnes et organisations concernés, à prendre part à un rassemblement devant la Préfecture à Nantes le Samedi 14 janvier à 11h. Ce rassemblement exigera une information publique et transparente sur cette affaire de la part de la préfecture, et n'aura qu'un seul mot d'ordre : Non à l'impunité des lobby pétrolier et à la complicité de l'Etat français!

Pour Emgann-MGI- Thomas Baudoux  
emgann-naoned@no-log.org


Repost 0
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 17:35
Ugent vloaz zo e oa krog departamant Aodoù an Arvor da staliañ panelloù hent e Brezhoneg war vord hentoù ar vro. Bet eo bet an  departamant kentañ oc'h ober kement all . Lod all 'neunt heuliet abaoe. D'ar c'houlz se e oa startijenn gant livourien noz SAB ( Stourm ar Brezhoneg)...Efedus e oa bet o doareoù stourm eta.


Chomet eo a-sav an departamant gant  an divyezhekaat....Nebeutoc'h a "arzourien" zo er vro ivez war a seblant...Evit degas da soñj d'ar c'huzul meur ha d'an dud  e chom panelloù-hent da dreiñ e Brezhoneg e oa bet  stanket daou rond-saoz e Sant Eganton ha Plouizi gant stoumerien ar vro  da vare an dilennadeg kanton diwezhañ (kerzu 2005)  ha peget war ar panelloù tammoù paper skrivet "BREZHONEG !" warne. Roet e veze un trakt da gement oto a dremene dre aze. Degemeret mat tre omp bet gant an dud. An archerien zo erru gant dale bep tro...


Un doare simpl da lakaat war wel kudenn plas hor yezh er vuhez foran a c'hell bezañ graet e lec'h all. Graet 'vo adarre e bro-wengamp er mizioù o tont. Hag a-walc'h 'vo evit ma vefe doujet ouzh hor yezh ? Dav 'vo marteze adtapout hor barroù livañ...

Repost 0
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 11:50



Nous souhaitons rappeler que deux Bretons commencent l’année loin  de leurs familles.

En effet, Kristian Georgeault militant indépendantiste condamné à 11 ans de prison par un tribunal spécial français en raison de son engagement au sein de l’Armée Révolutionnaire Bretonne est toujours incarcéré à la prison de Ploemeur. Certes, suite à une campagne dénonçant son incarcération loin de son pays et de sa famille, Kristian est revenu en Bretagne au cours de l’automne dernier, il n’en demeure pas moins qu’il est accessible à une libération conditionnelle qui lui a été refusée une première fois cette année. Nous estimons qu’un nouveau refus au cours de l’année 2006 confirmerait le caractère éminemment politique de l’acharnement  judiciaire français que notre camarade subit en raison de sa fidélité à son idéal en faveur d’une Bretagne indépendante, réunifiée, brittophone et  socialiste.

Paskal Laizé quant à lui est en liberté conditionnelle à Paris depuis un an après avoir effectué près de 5 ans de détention pour son engagement dans l’ARB. On  lui interdit  de retourner vivre en Bretagne prés des siens. Il est le seul militant indépendantiste Breton à  qui cette double peine a été infligé. Nous y voyons là encore une preuve d’acharnement évidente contre un militant resté fidèle à ses convictions. Cela n’est pas sans conséquence sur les relations familiales de Paskal et pour son insertion professionnelle. Nous exigeons que l’année 2006 voie le retour de Paskal parmi les siens. Cela serait d’autant plus normal que même son agent de probation n’y voit aucun inconvénient ! Le juge d’application des peines devrait faire connaître sa décision dans les premiers mois de 2006.

Nous leurs renouvelons toute notre solidarité politique .Que leurs détermination et leur fidélité à la cause nationaliste  inspirent les Bretons qui souhaitent faire de 2006 une année pendant laquelle nous saurons tous ensemble faire progresser la conscience nationale du peuple Breton.

Avec l’ensemble des composantes du mouvement anti-répressif Breton nous travaillerons encore cette année à la solidarité avec ceux et celles qui payent de leurs liberté leurs participation à la  lutte pour les droits nationaux du peuple Breton. La vigilance s’impose en raison des menaces de réincarcération qui pèsent sur un certain nombre de militants en Bretagne  et du fait d’une nouvelle réduction des libertés publiques qui vient d’être votées par la droite française et qui porte à 6 jours le délai de garde à vue en matière anti-terroriste.

Dans cette attente nous invitons chacun et chacune à faire un don à Skoazell Vreizh, le Secours Breton, qui apporte depuis 1969 son aide juridique, financière et morale aux Bretons inquiétés en raison de leur engagement réel ou supposé dans des actes de résistances à l’assimilation du peuple Breton par la France. Skoazell Vreizh http://www.skoazell-vreizh.org/


Pour Emgann-MGI, le porte parole : Jan Mai Salomon.
Guingamp, le 05 janvier  2006.
Repost 0
10 décembre 2005 6 10 /12 /décembre /2005 11:30

Les militants de la plate-forme Breizh Dazont présente grâce à la candidature de Dominig Jolivet à la cantonale partielle du canton de Guingamp le 04 décembre prennent bonne note des scores du premier tour de ce scrutin et saluent les électrices et les électeurs qui ont eu le courage de voter pour une ligne de rupture. Le taux de participation est globalement très faible avec près de 64 pour cent d'abstention. Dominig Jolivet a su mener une campagne dynamique qui lui a rapporté 2,08 % des suffrages exprimés (125 voix). Il faut noter qu'il n'y avait pas eu de candidature nationaliste bretonne de gauche depuis 1994 sur ce canton. L'abstention forte montre que nous n'avons pas atteint notre potentiel maximum. En moins de deux ans les Verts et l'UDB pourtant présents au conseil régional et à la mairie ont subit une chute de près de 7 points chacun en pourcentage ! Le score du FN reste trop haut alors que ce parti de haine ne s'est même pas donné la peine de faire campagne. Au cours de notre campagne nous avons socialisé des reven dications qui ont reçu un certain écho auprès de la population : absence de salle de concert, absence de signalétique bilingue sur les routes départementales, absence d'établissement public foncier au niveau départemental pour lutter contre la spéculation immobilière, contre le RMA, mais aussi des revendications plus clairement nationalistes que nous avons déclinées sans complexe: un parlement breton souverain, la représentation directe de la Bretagne à Bruxelles. Notre profession de foi était la seule à être entièrement bilingue et nous avons constaté avec plaisir que faire la campagne en breton aussi était possible. Loin d'être découragés par notre prestation, nous sommes en mesure d'annoncer que nous serons présents dans d'autres cantons du Trégor-Goelo (en plus de celui de Guingamp) lors des prochaines échéances. Des initiatives locales devraient avoir lieu dans ce sens dans les tous prochains mois. Nous ne donnons pas de consigne de vote pour le second tour devant l 'absence de projet ambitieux pour la Bretagne et le peuple breton de la part des deux candidats en présence.

Pour Breizh Dazont : Dominig Jolivet le 06/12/05.

Repost 0
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 14:48

Dans le cadre de l'élection cantonale partielle qui aura lieue le 04 décembre prochain à Guingamp, Emgann-MGI soutient Doming Jolivet. Voici son dernier communiqué suite au rrefu des autres candidats de vouloir débattre avec lui en présence des électeurs.

C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance des prises de positions des différents candidats à l’élection partielle du canton de Guingamp, suite à ma proposition de débat public en présence de la population et de tous les candidats au théâtre du Champ au Roy. Globalement, tous et toutes semblent redouter une telle confrontation qui aurait pu susciter l’intérêt de nombreux électeurs et électrices. C’est regrettable pour la démocratie et l’ensemble des habitants du canton. Ceux et celles qui ont déjà tant de responsabilités à la commune, au département, à la communauté de communes, à la région auraient-ils peur d’une confrontation d’idées publique en présence de ceux et celles qu’ils sont censés défendre ? Alors que bien des décisions se prennent loin de la population et sans aucune transparence (tant à la mairie de Guingamp, au conseil général ou à la communauté de communes qui n’est même pas élu au suffrage universel direct !), ce moment de débat aurait pu éclairer nos concitoyens sur les projets de chacun à propos du logement, de la culture, de la vie institutionnelle…..

Les arguments avancés par chacun dénotent tous d’une certaine mauvaise foi : Phillipe Le Faou semble fuir le débat, la première réaction de la candidate du Front National Français (« ça n’intéresse personne ! ») souligne son mépris souverain pour le débat contradictoire et donc la démocratie. Josiane Corbic (PCF) et Annie Le Houérou (PS) se contenteraient bien d’un débat entre les deux tours ! Il est vrai que le PC appellera de toute façon à voter pour le PS au deuxième tour, on se demande même pourquoi elle se présente ! Quant au PS, son profond mépris pour tous ceux ne portant pas leurs voix sur sa candidate dès le premier tour est pour le moins éloquent. Quant à Isabelle Chotard qui refuse le débat public aussi, au soir du premier tour, appellera-t-elle à voter pour le PS auquel l’UDB est liée au conseil régional ou sera –t-elle dans l’opposition comme à la mairie de Guingamp ? La candidate redoute peut être que ce genre de contradictions soit évoqué lors d’un débat public. On peut la comprendre. Bernard Prigent, lui, accepte le débat, c’est une attitude correcte, mais on doit rappeler qu’il cogère la mairie avec Noel Le Graet et siège à la communauté de communes, institution antidémocratique s’il en est !

Dominig Jolived, candidat de Breizh Dazont 0685383121 djk.bzh@free.fr www.dominigjolivet.euro.st

Repost 0
17 novembre 2005 4 17 /11 /novembre /2005 17:19

Communiqué/kemmenadenn (le 141105)

Dominig JOLIVED, candidat de Breizh Dazont  aux cantonales à Gwengamp, demande un débat public à tous les autres candidats.Ce débat pourrait avoir lieu au théâtre du Champ au Roy,salle accordée à la candidate du Parti Socialiste Français, pour sa campagne.

 Nous aurions préféré un autre lieu, mais devant l'absence d'infrastructure, nous demandons cette salle élitiste qui pour une fois pourra servir la démocratie, nous demandons à tous les autres candidats de se prononcer sur cette proposition. Nous estimons que seul un débat public, relayé par les média permettra un véritable choix aux citoyens.

Contact :  Dominig Jolived

djk.breizh@free.fr

06 85 38 31 21

 
Repost 0

Articles Récents