Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 19:58

Asturies sokialour...

 

 

 

ochobre34

 


Moarvat ho peus dalc'het soñj eus an emgannioù taer a oa bet n'eus ket pell zo etre mengleuzerien Asturies  hag ar Guardia Civil goude ma vije bet dibabet gant ar gouarnamant kreiz er stad spagn lakaat da serriñ mengleuzioù glaou en Aragon hag Asturies.
Ken rust e oa bet ar jeu m'o doa goulennet archerien bro spagn ur c'hresk gopr kar e oa divoutin mat doare ober an emsavidi , boaz ma oant eus torgennoù ha menezioù o bro ha boaz da implij fuzeennoù ha danvez tarzh.
Serriñ ar mengleuzioù zo un dibab evit arboellañ arc 'hant , re goustus e vije tennañ glaou diwar an douar bremañ e kornog Europa , un tammig evel ma oa bet  da vare stourmoù micherourien reter ar c'hwec'hkorn e dibenn ar bloavezhioù 70, e bro Loren.

 

 

 


 

 

 

 

M'en dare a belec'h e teu un hengoun stourm ken rust ha taer…Ha dre zegouezh em eus desket e klote deiziad ar 5 a viz Here gant deiz-ha-bloaz republik Asturies.

Ur republik en Asturies ? Petra an diaoul eo an afer se ?

  An eil republik er stad-spagn a grogas e 1931 da heul  diktatouriezh Primo de Rivera ha e dibenn rennad Alfoñs 13 ha goude dilennadegoù kêr ha da heul votategou evit dilenn ur vodadenn vonreizhañ. Bez e rankas ar republikaned  klouar klask diskoulmañ  kudennoù ar broadoù , setu ma voe bet roet ur statud a emrenerezh da gKatalounia ha Euskadi da skouer etre 1931 ha 1936 . E penn kentañ ar republik avat ne oa ket a liv sokialour warnañ e mod ebet , rannet ma voe etre an tu kleiz (Radikaled , sokialourien, emrenourien eus Galiza pe Katalounia …)  hag ar virourien o doa c'hoant difenn interestoù ar renkadoù uhelañ (bourc'hizelezh uhel ha tud an noblañs) dirak c'hoantoù brasoc'h brasañ ar vicherourien hag ar beizanted da gaout ur gwir republik sokialour.

Kreñv meurbet e voe levezon an anarkourien er stad, pa groge ar PCE da vont war-raok, hep ankouaat kevezerezh elfennoù an tu-kleiz az eas d'ober ar POUM e 1935.

Ul lodenn eus galloud ar stad ; dreist-holl an arme a oa dindan levezon ar re  chomet leal d'ar roue, d'ar mennozhioù faskour  ha d'an urzh kozh, ar re a vo goude e penn d'an emsavadeg  renet gant Franco enep ar republik.


Evit mont buanoc'h ha rediañ ar republik da vont pelloc'h war an dachenn sokial e savas un iskis a unvaniezh etre anarkourien ar CNT/FAI ha sokialourien ar PSOE …


Soñjet o doa ober ur seurt taol-stad digreizennet, en ur aozañ emsavadegoù lec'hel e miz Here 1934.


N'eus nemet e Asturies e reas berzh a-drugarez da nerzh hag urzh ar vengleuzerien.

D'ar 5 a viz Here 1934 deus ar beure e Oviedo/Uvieù e voe bet embannet Republik Sokialour Micherourien ha Peizanted Asturies hag anvet ur gouarnamant ha savet un arme ruz gant miliadoù a soudarded.

E kornioù all a stad e voe startoc'h ar jeu evit an emsavidi dreist-holl peogwir ne oa ket bet embarzhet anarkourien ar CNT en emglev en diavaez da Asturies.
Dilaosket gant Madrid, abandaonet gant an holl e kouezhas  republik sokialour an Asturianiz goude 15teiz etre daouarn soudarded ar stad dindan urzhioù Juan Yagüe Blanco ("kiger Badajoz") a voe feal da Franco. Un taol arnaodiñ e oa bet evit ar faskourien dont da Asturies ha distruj an arme ruz.

 

 

revolucion-asturias.jpg

 

 

 

Ar re na voent ket bet lazhet (3000 den)  gante a voe bet bac'het betek 1936, 30 000 den etretout ,  pa voe bet tapet ar muiañ niver a vouezhioù gant an tu-kleiz unvan , ha dibabet evel-just da reiñ un distaoliadeg d'ar brizonidi.

 


logo.png

 

 



Hiziv an deiz

Hiziv an deiz ez eo sur a-walc'h tud Andecha Astur , aozadur ar re yaouank Darreu ha Strollad Komunour Asturies a-gevred gant Sindikad an tu-kleiz ( CSI) a zoug un tamm eus hêrezh politikel republik Asturies.

E mizioù Even, Gouere, Eost 2012 mengleuzerien Asturies ( evel darn en Aragon hag e Kastilha) o doa dalc'het penn e-pad 67 devezh a harz-labour hag a stourmoù liesseurt.

N'int ket bet trec'h  na da cheñch penn d'ar vazh goude dibab Madrid da lakaat da serriñ ar mengleuzioù glaou.

 

Abalamour d'an diouer a arc'hant na vije gwenneg ebet evit sikour ar mengleuzioù evit aozañ un tremen ekologour, padal e vez arc'hant publik evit sikour..ar bankoù.

 


523158_4295124949601_177263804_n.jpg

 

 

D'ar 5 a viz Here nebell eus Oviedo/Uvieù e oa bet stanket un hent-tizh gant mengleuzerien, tud yaouank, tud dilabour ha dispaket gitonioù e Asturianeg o c'houlenn un dazont  ha justis evit ar bobl , ha difenn an deskadurezh , ar sistem yec'hed lakaet en arvar gant politikerezh frankizour galloud Madrid. O c 'hortoz ar polis e oa bet lakaet tan war an hent ha bannet fuzeennoù.
Un doare hervez lod da lidañ deiz-ha-bloaz o republik. Un doare stourm gwalldisheñvel eus pourmenadennoù an tu-kleiz gall ha da embann n'eo ket echu stourm ar vengleuzerien.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

556189_366396976777249_1130966373_n.jpg

 

 

 

Ouzhpenn 150 micherour eus mengleuzioù glaou Asturies a vo barnet er mizioù da zont , ur c'houlzad a gengred zo aozet gant CGT Sant-Nazer evit dastum arc'hant evel ma veze graet gwezhall gant ar skoazell ruz, adkomzet e vo deus se diwezhatoc'h. 

 

 

 

cartelu.jpg

Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 08:45
Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 08:41

 

Il y'a bien longtemps que je n'ai pas pris le temps d'écrire quelques lignes sur ce blog. Me revoilà avec un long texte de Neal Baxter militant communiste et indépendantiste Galicien (membre du Bloque National Galicien)  galegophone et brittophone et francophone et anglophone et …j'en oublie sans doute. Le BNG n'est pas le seul groupe indépendantiste anticapitaliste mais c'est le plus influent , un référent.

Il réagit dans une lettre , je crois  restée sans réponse, à un article publié dans la revue du NPA cet été. J'ai souhaité le republier car il me semble souligner (sans que je partage l'intégralité de ses propos) l'incapacité de l'extreme-gauche française (dans sa grande majorité ) a anticiper la complémentarité du combat pour le droit à l'autodétermination nationale et la lutte d'émancipation sociale.

Au moment où vous lisez ces lignes  l'extreme gauche trotskiste française qui ressemble de plus en plus à ça :

 


 

 

 

 

  est omnibulée par : 

 

-La créations 'un grand parti type Siryza ( le parti de la gauche radicale grecque très influent élèctoralement). Certains pensent que cela doit se faire autour du NPA ( ce qu'il en reste) et d'autres (GA, GU…) autour du Front de Gauche du très jacobin Mélenchon et du très peu radical PCF.. Un point commun entre eux tous : Toute construction de dynamique se construit à l'échelle de l'état dans le cadre d'accord entre organisations. Toute dynamique privilégie le cirque électoral (parfois utile j'en conviens) au détriment du travail extraparlementaire et de la remise en cause des institutions centralistes françaises (parfois présentées comme le nec plus ultra tricolore de l'égalité sociale face à la méchante Europe) et militent de facto pour le maintien des institutions françaises qui n'on jamais garanties l'équité territoriale et un égal accès aux biens et services publics. Ceci étant dit, oui c'est évident le traité de stabilité européen accentue les déficit démocratique et servira à dégrader nos conditions de vie au nom de la rigueur. 

 

-Tous refusent d'aborder et d'assumer dans leur analyse le caractère plurinational de l'état français.

 

-Tous cherchent des modèles ne remettant pas en causes ce qui vient d'être dit et n'ont donc  RIEN à dire sur les 2 millions de catalans qui ont marchés pour l'indépendance à Barcelone le 11 septembre et les nombreuses municipalités de ce pays qui votent en faveur de leur rattachement à l'initiative de l'extrême-gauche indépendantiste (cf  CUP)  pour construire un état catalan libre , indépendant garant de la justice sociale. Pourtant une partie des pays catalans revendiquées par ce courant se trouve..dans l'état français.

 

-Silence TOTAL sur la victoire des indépendantistes  de gauche Québécois et la bonne prestation de l'extreme gauche indépendantiste suite à la longue lutte des étudiants de ce pays contre la hausse des frais d'inscriptions dans les universités.

 

df5bdd80cd6902982528f9d49c6b3110_XL.jpg

 

-La même absence d'analyse suite à a très haute fréquentation  de la marche pour l'indépendance Ecossaise à Edinburgh le 22 septembre 2012. Plus de 10 000 personnes y étaient présentes, parmi elles de très nombreux groupes de femmes, de féministes, de jeunes, de syndicalistes, d'antinucléaires, d'écologistes soulignant la complémentarité de cette revendication indépendantiste avec leurs combats pour plus de justice environnementale et sociale.

 

644612_436733863030620_1431126203_n-1.jpg

 

J'ajouterais aux exemples de Neal Baxter sur la situation spécifique de la Galice que personne ne semble tirer non plus de leçons sur le strict terrain de la riposte sociale face à l'austérité :

 

- Du succès des journées de grèves générales contre les politiques d'austérité en termes de taux de participation dans les pays catalans en 2010 et au Pays Basque sud fin septembre 2012. 

Là bas  comme lors des marches ouvrières andalouses à l'initiatives du SAT/SOC (qui correspond avec le modeste SLB de Bretagne) de fin septembre qui ont rassemblés des milliers de travailleurs sur la base d'une initiative locale pour contrer la volonté de le bourgeoisie de faire payer aux peuples et aux travailleurs la crise qu'elle a provoquée. 

 

parlamento-copie-1.jpg

 

-Je disais la même chose il y'a quelques années lors des grandes luttes des travailleurs et peuples Guadeloupéens et Martiniquais dans des collectifs constitués sur des bases locales pour lutter contre la vie chère: combien de temps allons nous encore attendre que les grands syndicats de Paris nous proposent une autre journée d'action ou que les grands partis  de la gauche pas trop radicale tentent de nous emmener dans des processions préélectorales qui se déroulent à Paris au lieu de construire ici des cadres de résistance pour défendre nos conditions de vie impliquant le plus grand nombre, au plus prés de la réalité sociale et ne cherchant pas le coup de comm' pour le 20 heures ou un hypothétique cadre visant à influer sur la politique gouvernementale de la nouvelle gauche plurielle de Paris  ? 

 

Dans les Pays catalans , au Pays Basque , en Guadeloupe, en Martinique c'est une alchimie LOCALE entre syndicats ( plutôt alternatifs type SUD ou CNT ou locaux genre UGTG, UGTM, LAB, COS cf : link…) , collectifs de quartiers, comités de chômeurs, associations et enfin  partis qui ont permis une forte mobilisation sociale. Pourquoi serait ce différent ici ? 

 

Une partie de la réponse est dans le texte de Neal, notamment dans sa conclusion…. Quand à la Galice j'y reviendrais.

 

GR

 

 

 

5010218da4a15-dsc03656.jpg

 

 Neal Baxter à TOUT EST à NOUS. 

 

  •          .Je vous adresse ce courrier, que je souhaiterais voir publié comme droit de réponse, suite à la lecture de l'article « L'Espagne . De la crise économique à la crise politique » paru dans Tout est à nous n° 159)  qui prétend dresser un portrait rapide de la situation actuelle au sein de l'état espagnol dans le cadre de la crise systémique du capitalisme et les réformes actuellement mises en œuvre par le gouvernement central de droite du Parti Populaire, ainsi que les alternatives de contestation politiques qui pourraient freiner cette avancée néolibérale à outrance.
  •          Quiconque lirait cet article sans avoir une connaissance préalable plus approfondie de la véritable situation politique dans l'état espagnol serait porté à croire, à tort, que le nationalisme est peu présent dans la vie politique, voire même tout simplement un « préjugé » où peut puiser la droite conservatrice. Or, l'amalgame fait entre chauvinisme réactionnaire d'une part et nationalisme qui prône la légitime autodétermination des peuples de l'autre est loin de refléter l'authentique situation actuelle à plusieurs niveaux.
  •         En tant que militant d'une formation politique nationaliste qui se situe résolument à la gauche de l'échiquier politique, en l'occurrence le Bloc Nationaliste Galicien (BNG), je ne me retrouve point dans cette fausse analyse réductionniste qui prétend décréditer l'une des forces les plus dynamiques offrant une alternative radicale au modèle imposé à présent en la reléguant à un rôle purement anecdotique, et ce de la part d'un groupe comme la Gauche Anticapitaliste sans aucune implantation en Galice, en cherchant à y imposer, justement, un modèle conçu depuis Madrid sans prendre en compte les spécificités des nations qui composent l'état. En résumant, hormis une brève mention passagère certaines forces basques et catalanes (ignorant complètement, par ailleurs, la situation en Galice) disposées en principe selon l'auteur à se rallier au supposé projet d'une dénommée 'Syriza espagnole', la seule allusion faite dans tout l'article réduit le nationalisme à un préjugé du même ordre que le sexisme et le racisme.

 

  • Sans entrer dans les détails du rôle joué par le nationalisme au long de l'histoire de la Galice comme force clairement progressiste, voici une chronique des faits les plus marquants des derniers mois:

 

  • Activité intense des députéEs du BNG dans les parlements galicien et espagnol, ainsi que des éluEs au niveau local, s'opposant aux réformes du Parti Populaire;
  • Manifestations nationalistes dans tout le pays pour commémorer le Jour de la Classe Ouvrière Galicienne;

 

  • Grèves générales convoquées le 29 mars et le 29 septembre par la Centrale Intersyndicale Galicienne (CIG), syndicat nationaliste majoritaire dans plusieurs secteurs, rassemblant jusqu'à 200.000 personnes dans ces manifestations, soit en solitaire, soit unitaires avec les syndicats espagnols CC.O.O e UGT qui se voient obligées de s'y joindre après avoir refusé de convoquer une grève jusqu'au dernier moment. Nouvelle grève générale prévue pour la rentrée scolaire.
  • Comme tous les cas, la CIG convoque des manifestations dans les grandes villes à l'occasion du 1° mai, rassemblant un total de 60.000 personnes;

 

  • Le 10 mai, les organisations nationalistes d'étudiantEs appellent à la grève contre l'augmentation des frais d'inscription universitaires, dans ce secteur les organisations espagnoles sont ultra minoritaires;
  • A l'occasion du Jour des Lettres Galiciennes, le 17 de mai, participation massive de toutes les organisations nationalistes dans les manifestations en défense de la langue galicienne à l'appel du plateforme Queremos galego, représentant 700 associations, réunit 25.000 personnes dans les rues de la capitale, Saint-Jacques de Compostelle.
  • Depuis plusieurs mois les organisations nationalistes organisent des concentrations régulières au niveau national et local pour protester contre le plan de sauvetage bancaire et en défense des victimes de l'escroquerie bancaire des actions de priorité.
  • Participation active des organisations nationalistes dès leur création dans plusieurs plateformes publiques en défense de l'enseignement public et de la santé publique avec des manifestations et d'autres activités revendicatives dans toutes les villes du pays, y compris des occupations de locaux dans des établissements scolaires.
  • C'est ce dynamisme social du nationalisme comme force progressiste qui défend le droit de la majorité sociale de chaque nation qui permet d'expliquer, au delà des ses réminiscences franquistes d'une Espagne unie, pourquoi le gouvernement actuel questionne non seulement le système de bien-être, mais aussi le système autonomique, envisageant même des réformes visant à réduire la représentation parlementaire des formations nationalistes dans toutes les instances institutionnelles.
  • En guise de conclusion, la Galice n'a nul besoin de projets télédirigés depuis Madrid, car l'auto-organisation du peuple galicien a permis, au fil de long d'années de de travail constant, de mettre sur pied des alternatives politiques, syndicales et sociales de base que défendent les intérêts des classes populaires et de la majorité sociale avec une prise de position clairement de gauche et opposée à l'actuelle politique néolibérale.

 

7025078761_0a30e94f6e.jpg

 

 

 

 

Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:38

Evit  35 den  

·1,5 kg sivi

·1 kg sukr

·1 litrad lagoutte peotramant 1 litrad lambig peotramant ul litrad hini kreñv

· 6 litrad gwin gwenn a vro Naoned (e Breizh !) Muskadig pe gropet a vo gleet deoc’h implij

·20 cl dienn kastrilhez

 

222977 fr godinette


 

Sed aze rekipe OFISIEL ar godinette :

Gwalc’hit ar sivi, lakait anezho e foñs ur saladennaouer vras, berniit sukr ,dav eo mont dousig gant ar sukr da gentañ penn…... Da heul lakait da gouezhañ goustad an odivi ha da c’houde gwin gwenn kreisteiz hor bro santel . Gant sikour ur pezh loa goad e vo gleet deoc’h meskañ pep tra en ur mod tener ha karantezus , taolit pled ma vo teuzet mat ar sukr.


Laaskit an evaj burzhudus da ziskuizhañ e-pad 24 eurvezh bennak. An deiz war-lerc’h, grit un tañvaig d’ar boeson hud, hag ouzhpennit ma vez gleet pe sukr pe lambig.

Evit livañ ar godinette lakait an dienn kastrilhez war bern, koulz lâret just a-raok servij.

Diwallit !  Arabat eo ankouaat e yelo war greñvaat ar blaz sukr dre soubañ.

Dleout a ra bezañ evet fresk, arabat e vije “on the rocks” memes tra !


Taolit pled ouzh an eil efedoù arvarus : ma kav deoc’h a-greiz holl oc’h ouzhpenn speredek , seksi abominabl, gouest da seniñ akordeons pe da ganañ “Joli Koukou” evit ar pevare gwezh:  gwelloc’h e vo chom hep mont pelloc’h ganti.

 

 

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 22:20
Repost 0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:06

Evit heuliañ ar redadeg kenkaz ne redfed ket sed aze daou filmig graet e Roazhon hag etre Naoned ha Gwened.

Redek a ray an dud evit ar brezhoneg betek disadorn. Evit gouzout hiroc'h : link 

Ur pezh gouel a vo dalc'het e Douarnenez evit an degouezh.

"Roazhon".

 

 

 

 

Naoned-Gwened

 

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 16:17

 

Plus d'infos sur ce blog : link
Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:51

pour-blog-copie

 

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 17:56



Le 5 janvier dernier deux habitants de Carhaix Yann Manac’h et Bertrand Grimault étaient rejugés à Rennes pour leurs participation à l’une des très nombreuses manifestations de  défense de l’hôpital de Carhaix en 2008. Au cours de l’une d’entre elles des pneus avaient été brulés devant la sous-préfecture de Châteaulin occasionnant quelques centaines d’euros de dégâts.

 

Alors qu’ils n’avaient écopés que de 150 euros d’amende en première instance devant le tribunal de Quimper le parquet a fait appel. Et le procureur de la cour d’appel de Rennes  a requis six mois de prison avec sursis contre l’un et quatre mois fermes contre l’autre !

 

 

 

 

bertrand

 

 

 

 

Le 28 janvier dernier des centaines de personnes défilaient dans Carhaix contre ces réquisitions délirantes à l’appel de nombreuses organisations et de la municipalité. 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous proposons de faire savoir dans vos réseaux que le mardi 14 février à 20 h nous organisons une diffusion du film « Bombardes et Lacrymo » au bar « Le Papier Timbré » (4 rue de Dinan métro Saint Anne) en présence du camarade qui risque 4 mois fermes.


 

Bombarde


 

Ce film réalisé par Eric Lelan du collectif Brestois « Canal Ti-Zef » donne la parole aux acteurs de la lutte populaire, unitaire et  victorieuse des habitants du centre-Bretagne en faveur du maintien du service de maternité et de chirurgie à l’hôpital de Carhaix.

Cela sera un moyen de soutenir  Yann et Bertrand face à l’injustice et réaffirmer la justesse de la lutte dans laquelle s’inscrit leur prétendu délit : celle du droit à l’accès à la santé pour tous partout en Bretagne.

Nous vous invitons à y venir, nous souhaitons que ce moment d’échange  serve a construire la mobilisation nécessaire  pour le verdict qui sera rendu  le 16  février en début d’après-midi.


Un rassemblement aura lieu devant la cour d’appel  (place du parlement de Bretagne) à l’initiative des soutiens Carhaisiens à midi. Nous appelons également à y participer.


Breizhistance Indépendance et Socialisme.

Repost 0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:48

A-drugarez d'ar skiant bet prenet gantañ a-hed e vuhez e c'heller lenn a-bep seurt traoù a denn d'a brezhoneg war ar blog pourvezet gant Fañch Broudig. Peadra zo da vagañ preder nep a zo dedennet gant dazont hor yezh.

N'eus ket pell zo en doa roet un tamm plas da gomzoù Jean-Luc Mélanchon a oa deuet betek Brest da gabaliñ evit mont da brezidant stad-c'hall.

Gwir eo e Penn-ar-bed en deus "talbenn an tu-kleiz" desachet daveitañ tud zo brudet evit kaout ur sell pozitivel war ar brezhoneg. Erik Marchand, Andre ar Gac e-touesk lod all.

Pa 'oa deuet Mélanchon betek Brest en dije bet tro da lavaret en doa keuz bras pas bezañ bet komprenet mat diwar-benn ar yezhoù "rannvro".  

Sed aze ar pezh en doa diskleriet  a ziskouez  memes tra pegen trevadennour, gallgar ha broadelour eo chomet penn 'strollad an tu-kleiz" :

 

"Dans notre pays, les gens viennent de partout et de nulle part. Il est normal que vous teniez à vos traditions et à vos langues. Mais il faut que vous vous tourniez vers le futur."  Mersi bwana ! ha c'hoazh :

 

"Nous avons le français en commun. Je sais le rôle qu'ont joué les femmes en Bretagne pour que leurs enfants en viennent à parler le français. Le français est pour tous le moyen d'échanger ensemble, la langue de la liberté."

 

Met sed aze ar pep gwellañ "Ce que j'ai pu dire de Diwan, c'était lors d'un apparté sur un autre sujet et c'est un horrible malentendu. Diwan n'est pas une secte. Les sectes, je sais ce que c'est et je les pourchasse. Mais on n'a pas le droit de dire que Diwan est une secte."....

 

Adkavet ez eus bet ur roud eus an "apparté" bet embannet , memes tra e-barzh ...."Libération" e 2001.....

 

 

Lod all a lavar en dije graet an Aotroù a-raokadennoù diwar-benn ar yezhoù a vez graet "yezhoù bihan" deuzoute.
M'en dare c'hoazh pelec'h emañ an diforc'h pennañ etre kaozioù  ar gaouiad Mélanchon ha reoù Marine LePen diwar-benn plas ar brezhoneg er vuhez foran a vije re ledan dezhi...
M'en dare ivez abalamour da betra e vez kendalc'het da aozañ degouezhioù evel manifestadeg  an 31 a viz Meurzh e Kemper  e-lec'h ma vo tu da vignoned ar gaouiad Mélanchon dont da bourmen gant difennourien ar brezhoneg a ray an aluzenn evit ma vo prometet deomp e vo savet ur raktres lezenn evit "yezhoù ha sevenadurioù ar frañs" kenkaz e vijent dilennet...e Pariz....
Repost 0

Articles Récents