Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 17:22

Ni grand ouest ni pays de la Loire , ni Sarkozy !

Bretagne libre, unie et socialiste !





La Gauche Indépendantiste Bretonne (Emgann) prend note des prises de positions des uns et des autres suite aux déclarations du président français à propos de l'unité territoriale de la Bretagne. Il est évident que le fait qu'un président de la république française reconnaisse la prégnance de la question de la partition du territoire breton est une victoire pour tous ceux et celles qui luttent et sabotent la propagande colonialiste des pays de la Loire.

Nous nous réjouissons de l'engouement soudain de certains en faveur de l'unité de la Bretagne, mais cela ne doit pas cacher la véritable problématique liée à la revendication de l'unité territoriale de la Bretagne que pourraient masquer les propos des acteurs du bal des hypocrites.

-Nous souhaiterions ainsi rappeler que la droite d'hier (RPR) ou d'aujourd'hui (UMP) a toujours combattu les partisans de l'unité de la Bretagne. De plus la politique autoritaire de l'UMP en matière de casse des services publics, de l'emploi, du service de santé est là pour rappeler de manière concrète que l'UMP ne veut pas d'une Bretagne politique capable de mettre en œuvre les outils de son développement social et économique.

-Le Parti Socialiste n'échappe pas à ces contradictions. Puisque c'est ce parti qui gère la région Pays de la Loire qui contribue chaque jour à gommer l'identité bretonne du pays Nantais. Nous ne pouvons oublier les prises de position ultra-jacobines de certains de ses élus ou courants ou alliés (Joel Batteux maire de Saint Nazaire, François Autain sénateur de Loire Atlantique, Richard Ferrand de la fédération du finistère, ce qui reste du parti prétendument communiste et des avatars chevènementistes...). De plus la déclaration du président du conseil général de Loire-Atlantique soit disant grand défenseur de l'unité territoriale en faveur d'un petit ouest regroupant Bretagne, Mayenne et Maine et Loire souligne la confusion de ce parti, qui de facto nie le droit à l'autodétermination du peuple Breton.

-Les Verts voudraient nous faire gober qu'ils sont favorables à l'unité de la Bretagne. en attendant les élus de ce parti au conseil régional des pays de la Loire votent les budgets de propagande délirante anti-bretonne de cette institution bidon à laquelle ils semblent plus attachés quà leurs principes.

-L'extrême-gauche qui prétend révolutionner nos vies et aime à discourir sur le droit des peuples à l'autodétermination à l'autre bout de la planète semble elle complètement aphone sur ces questions fondamentales de démocratie locale.

Nous souhaitons rappeler notre ferme opposition à toute tentative de construction d'un grand ouest dans lequel serait dissous notre pays, ainsi qu'aux tentations visant à nier le débat sous-jacent à la question de l'unité de la Bretagne : celui du droit du peuple Breton à maitriser son destin national en toute souveraineté au sein d'une collectivité territoriale unique dotée d' une assemblée élue à la proportionnelle intégrale et d'un gouvernement breton.'

C'est l'objectif que poursuivra la gauche indépendantiste bretonne notamment lors des prochaines élections régionales ou la question centrale devra être la celle du pouvoir politique breton et de la souveraineté nationale du peuple Breton.

Jan Mai Salomon à Nantes le 29 novembre 2008. Porte parole national

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 11:56

 

 

Il y a une semaine Emgann-MGI a appris avec soulagement l'annulation du procès contre trois de ses militants, Gaël Roblin, Paskal Laize et Kristian Georgeault.


Les détentions provisoires abusives, parfois officiellement justifiées par « l'influence idéologique » des détenus, les sévices et les pressions inadmissibles subit durant des années par les prisonniers politiques bretons, un procès essentiellement menés à charge, cette procédure d'appel en marge de la légalité, et jusqu'au tout récent pourvoi en cassation du parquet général, qui n'a que peu de chance d'aboutir, auront clairement démontré le caractère politique de l'acharnement judiciaire subit par les militants de la Gauche Indépendantiste, et visiblement décidé au sein même de l'appareil d'Etat français.


Nous n'oublions pas nos compatriotes qui sont toujours sous le coup de poursuites judiciaires en raison de leurs engagements en faveur du peuple breton. Mais nous reconnaissons dans l'annulation du procès contre nos camarades une réelle victoire, qui a pu se concrétiser grâce à la mobilisation et à la solidarité exprimées ces dernières semaines partout en Bretagne. C'est aussi une victoire de la Gauche Indépendantiste elle même, qui malgré la diffamation et la répression a su rester une force politique en Bretagne. Les résultats électoraux des dernières élections ont réaffirmer la permanence et l'espoir liées aux revendications sociales, écologiques et nationales portées par Emgann.


Après toutes ces années de répression politique et de diffamations, les dizaines d'arrestations et plus de huit ans de procédure, nous pouvons considérer qu'une page de l'Histoire de la Gauche Indépendantiste est tournée. Ces dernières années ont vu la présence active des militants de la Gauche Indépendantiste sur les fronts sociaux, tout comme l'apparition de nouveaux mouvements revendicatifs et l'élection d'hommes et de femmes dans les conseils municipaux, s'appropriant clairement le discours d'une gauche bretonne décompléxée et claire sur la revendication nationale.


Fort de cette récente victoire, nous considérons qu'il est aujourd'hui temps d'entamer la rénovation de la Gauche Indépendantiste et de construire les outils politiques qui permettront au peuple breton de devenir maître de son destin national au sein d'une société juste et solidaire. Nous sommes évidemment ouverts à la discussion avec tous ceux, encartés ou non, qui souhaitent voir naître ces outils politiques au service du peuple breton.

Repost 0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 16:25

 L'assemblée générale des étudiants de Rennes 2 appelle à manifester samedi 15 11 à 14h30 en solidarité avec Gael, Kristian et Paskal !

Environ 300 étudiants réunis en AG à l'université de Rennes à 12 h30 ce jour pour contruire leur mouvement de lutte contre la réforme des IUFM et la casse du service public d'éducation ont par ailleurs voté le texte suivant contre la répression :

« Attendu que le procés qui commencera lundi devant la cour d'assises spéciales de Paris se déroulera dans le cadre d'un climat particulièrement défavorable pour tout ce qui ressemble à un opposant politique

Compte tenu qu'il concerne des militants bien connus pour leurs engagements en faveur du droit à l'autodétermination, des peuples, de la démocratie directe et d'une répartition radicalement différente des richesses produites par les travailleurs et ce notamment au sein de la communauté de lutte présente ici à l'université de Rennes 2 en Bretagne.

Compte tenu que par ce que cette audience se déroulera dans le cadre d 'une procédure dont la légalité pose question à de nombreux observateurs et dont la seule cohérence semble être la persécution et l'acharnement contre des militants indépendantistes bretons.

Nous appelons à nous mobiliser le samedi 15 novembre prochain à 14h30 heures place du parlement à Rennes »

Cela dénote tout simplement que la lutte antirépressive en Bretagne prend de l'ampleur ! La solidarité est une arme !

Bravo aux étudiants de Rennes 2 !

Le comité de soutien à Paskal, Gael et Kristian.

Repost 0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 13:16

Voici la liste des nouveaux appels à manifester samedi contre l'acharnement judiciaire et politique à l'encontre des trois militants indépendantistes Bretons rejugés à compter du 17 novembre prochain.

  Voici les dernières prises de positions :

  Parmi les personnalités et musiciens outre Miossec (chanteur), Paskal Lamour (musicien), Alan Stivell (musicien), Daonet (musiciens), Goulc'han Kervella (acteur, metteur en scène et auteur), Les Ramoneurs de Menhir (musiciens), IMG (musiciens), J-C Guichen (musicien),...  on peut noter l'appel de Frank Darcel (musicien), Hervé Le Borgne animateur de l'association Glenmor an Distro, et l'homme de théatre Guy Moign.  Gerard Gautier (ancien conseiller régional « Blanc c'est exprimé »)  a joint sa voix  à celles de Jakez Caillaud (Conseiller municipal - Saint-Herblain), Cyril Cogneras (Conseiller municipal - Limoges), Glenn Jegou (Conseiller municipal - Rennes), Lionel Henry (Conseiller municipal - Montreuil-le-Gast), Alan-Erwan Coraud (Maire -La Rémaudière 44), Naïg le Gars (conseillère régionale UDB),, Yannig Coraud ex conseiller municipal UDB de Saint Nazaire,. en précisant : « Considérant que lors du procès précédent aucune preuve n'a été apportée de la culpabilité des prévenus, ce nouveau procès ressemble à un "procès politique loin de tout esprit de Justice, je leur apporte mon soutien de citoyen."

Pour les partis politiques : la CBIL (Coordination pour une Bretagne indépendante et Libertaire) dont le communiqué est visible là http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=12857)   et l'organisation de jeunes militants écologistes « Souris Vertes » ont rejoint  Emgann-MGI , Le Parti Breton , Les Verts d'Ille-et-Vilaine. Ainsi que  La LCR 35 qui tient  a indiqué que  la LCR Bretagne se mobilisait : dans le cadre du communiqué suivant :

La LCR Bretagne dénonce l'acharnement judiciaire contre Gaël Roblin, Kristian Georgeault et Pascal Laizé

Sur appel du Parquet général et du procureur de la république, trois militants politiques de la gauche indépendantiste bretonne seront à nouveau en procès devant la cour spéciale de Paris et cela sans pourtant avancer d'éléments nouveaux. Après plusieurs années de détention et notamment de détention provisoire abusive, le procès de 2004, tous furent acquittés de toute participation directe ou indirecte à l'attentat de Quévert.  Depuis leur libération, la LCR a retrouvé ces militants dans des campagnes contre la politique de casse sociale du gouvernement, la remise en cause accrue des droits démocratiques, la répression tous azimuts, et plus récemment à l'occasion des dernières échéances électorales.  La LCR a déjà exprimé son opposition radicale à toute justice d'exception, qui loin de garantir les droits élémentaires des justiciables, constitue en fait une remise en cause de libertés démocratiques essentielles. Nous nous sommes mobilisés sur cette question contre le traitement fait à ces militants dès leur incarcération en 2000 et jusqu'à leur procès en 2004. Et malgré les désaccords qui existent entre nos organisations, il s'agit strictement de défendre des principes démocratiques élémentaires  La LCR Bretagne dénonce donc l'acharnement judiciaire envers ces militants, qui correspond plus à une vengeance d'Etat au nom d'un nouveau délit, le délit de militantisme, puisque le Parquet fait appel sur l'appartenance de ces militants à leur organisation.  Pour toutes ces raisons, la LCR manifestera sa solidarité face à une justice d'exception lors du procès par la présence d'Alain Krivine, porte parole de la LCR et de militants de la LCR Bretagne, et en participant à la manifestation samedi 15 novembre 2008 à 14h30, place du Parlement de Bretagne à Rennes pour le respect des droits démocratiques d'expression et contre la justice d'exception, manifestation à laquelle elle appelle à participer massivement. »

   Les comités du nouveau parti anticapitaliste 35  ont tenu à diffusé le communiqué suivant :

 Les comités du Nouveau Parti Anti-capitaliste de l'Ille et Vilaine se prononcent contre l'acharnement judiciaire contre Gaël Roblin, Kristian Georgeault et Pascal Laizé

  Du 17 au 28 Novembre prochain, un procès en appel du Parquet et du Procureur de la République, se tiendra pour rejuger les trois militants politiques de la gauche indépendantiste bretonne, Gaël Roblin, Kristian Georgeault et Pascal Laizé devant une cour d'assises spéciales. Ces trois militants doivent recomparaître 8 ans après le début des affaires et 4 ans (en 2004) après l'acquittement de leurs responsabilités dans des attentats dont celui de Quévert. Aucun élément nouveau ne légitime cette nouvelle  comparution devant une justice d'exception qui nie l'accès pour tous à une justice équitable. Les comités du Nouveau Parti Anti-capitaliste de l'Ille et Vilaine (comités NPA-35) et ce quelque soient les divergences, apportent leur soutien à ces militants connus pour mener des combats contre les politiques de casse sociale qui font payer aux salariés, aux moins nantis, aux opprimés les crises inhérentes du capitalisme.  Les comités NPA-35 condamnent l'acharnement judiciaire à l'encontre de ces trois militants et le déni de démocratie qui appose une notion de délit à des activités militantes par le biais de lois liberticides et répressives.  Les comités NPA-35 appellent à soutenir Gaël Roblin, Kristian Georgeault et Pascal Laizé et à participer à la manifestation Samedi 15 novembre 2008 à 14h30, place du parlement pour le respect des droits démocratiques d'expression et contre la justice d'exception.

Les listes électorales:  "Saint Herblain à gauche toute" et "Rennes à Gauche"

  Syndicats : SUD étudiant Rennes 2. s'est joint au  syndicat des travailleurs de Bretagne SLB ,l'Union Régionale Bretagne des syndicats de la CNT (Confédération Nationale des Travailleurs) ainsi que le Courant Syndicaliste Révolutionnaire.

    Les Associations et collectifs: La Gorsedd de Bretagne, Skoazell Vreizh, la Ligue Bretonne des Droits de l'Homme, Attac 35, le Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme.ont été rejoints par « l’Andon du Gallo ».


Le secours Rouge section France ,le parti ESTAT CATALA (indépendantiste de gauche Catalan), le Comité Catalan de Solidarité Internationaliste (CCSI) et le collectif indépendantiste et communiste catalan   A LES TRINXERES ont  rejoint les autres organisations internationales soutenant nos trois camarades   Organisations internationales : en Italie : L'Associazione Solidarietà Proletaria (ASP) ,en Occitanie :Anaram Au Patac (Gauche Révolutionnaire Occitane) En Catalogne : MDT (Mouvement de Défense de la Terre) ,En Galice : NOS UP (Plateforme électorale de la gauche indépendantiste) ,En Irlande : Republican Sinn Fein ,en Corse :associations Corses ISULA BELLA et A MANU TESA , et le parti indépendantiste CORSICA LIBERA ,en Martinique : Le PKLS (Parti Communiste pour l'indépendance et le socialisme), en Flandre : Le V-SB/Mouvement pour une Flandre Indépendante et socialiste, Meervoud., en Belgique, le collectif antirépressif « Solidarité Liberté » a diffusé le texte appellant à la solidarité ainsi que la section Belge pour un Secours Rouge Internationale,APAPC/SR ,en France : le site communiste Contre-informations, l'Organisation Communiste Libertaire, le comité de solidarité avec le peuple basque de Paris CSPB.

 

RENDEZ VOUS A RENNES SAMEDI 15 novembre à 14h30 place du parlement.

Repost 0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 14:18




Voici la liste provisoire des soutiens appelant à la manifestation du 15 novembre à Rennes à 14 h 30 place du Parlement ainsi que pour le procès du 17 novembre.

Si vous souhaitez les rejoindre faites-le nous savoir : comsoutien at gmail.com

Liste des partis soutenant Gaël, Kristian et Paskal : Emgann-MGI , Le Parti Breton , Les Verts d'Ille-et-Vilaine, la LCR 35 , les comités du nouveau parti anticapitaliste 35

Syndicats : Le syndicat des travailleurs de Bretagne SLB appelle à se joindre aux initiatives de soutien tout comme l'Union Régionale Bretagne des syndicats de la CNT (Confédération Nationale des Travailleurs) ainsi que le Courant Syndicaliste Révolutionnaire, SUD étudiant Rennes 2.

Associations et Collectifs : La Gorsedd de Bretagne, Skoazell Vreizh, la Ligue Bretonne des Droits de l'Homme, Attac Rennes, le Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme.

Liste électorale :

La liste « Saint-Herblain à gauche toute »

Élus :

Jakez Caillaud conseiller municipal élu Saint Herblain à gauche toute !

Alan Coraud Maire de La Rémaudière

Naig ar Gars conseillère régionale UDB

Danielle Salomon, kuzulierez kêr Louergad/conseillere municipale Louargat

Lionel Henry conseiller Municipal Montreuil le Gast

Glenn Jegou conseiller municipal Rennes (majorité )

Jean Marie Goater ex conseiller municipal Rennes

Yannig Coraud : Ex élu UDB Sant Nazer/Saint Nazaire

Cyril Cognéras : conseiller municipal Vert de Limoges (Occitanie)

 

Artistes :

Alan, Stivell, Trouz an Noz, Miossec (chanteur), Daonet, Paskal Lamour (musicien), Goulc'han Kervella (acteur, metteur en scène, auteur)

En Italie : L'Associazione Solidarietà Proletaria (ASP)

En Occitanie :Anaram Au Patac (Gauche Révolutionnaire Occitane)

En Catalogne : MDT (Mouvement de Défense de la Terre)

En Galice : NOS UP (Plateforme électorale de la gauche indépendantiste)

En Irlande : Republican Sinn Fein

En Corse :associations Corses ISULA BELLA et A MANU TESA , et le parti indépendantiste CORSICA LIBERA

En Martinique : Le PKLS (Parti Communiste pour l'indépendance et le socialisme)

En Flandre : Le V-SB/Mouvement pour une Flandre Indépendante et socialiste, Meervoud.

En Belgique, le collectif antirépressif « Solidarité Liberté » a diffusé le texte appellant à la solidarité ainsi que la section Belge pour un Secours Rouge Internationale,APAPC/SR

En France : le site communiste Contre-informations, l'Organisation Communiste Libertaire, le comité de solidarité avec le peuple basque de Paris CSPB.


Repost 0
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 00:52
Quatre ans et demi après un premier jugement, la justice française revient à la charge en appelant à un nouveau procès contre trois de nos camarades et militants, Kristian Georgeault, Gael Roblin et Pascal Laizé. Il aura lieu, comme le premier, devant une cour spéciale à Paris du 17 au 28 novembre prochain.


C'est un jugement politique : les militants poursuivis le sont pour leurs engagement indépendantiste, notamment au sein d'Emgann-MGI. Nous avons du mal à croire que qui que ce soit pense au Palais de justice de Paris qu'ils soient coupables des faits qui leurs sont reprochés, sinon pourquoi avoir attendu quatre ans pour les rejuger ? Et nous nous associons aux interrogations de nombreux observateurs sur la légalité d'une telle procédure d'appel partiel qui semble être une première.


La solidarité est nécessaire pour entraver les agissements de la justice française face à ces trois travailleurs bretons parfaitement connus pour leurs engagements passés ou présents, et parfaitement insérés. Pour soutenir Gael, Kristian et Paskal, nous appelons à manifester place du Parlement de Bretagne à Rennes le 15 novembre à 14h30 et à participer à toutes les initiatives de soutien à nos trois camarades. N'oubliez pas par ailleurs de faire des dons à Skoazell Vreizh : www.skoazell-vreizh.org

Nous souhaitons par ailleurs rappeler que d'autres Bretons sont poursuivis par la justice française ou incarcérés comme Denez Riou : nous leur apportons ici notre soutien indéfectible et nous ne les oublions pas.

Pour Emgann MGI
Fañch Oger

Pevar bloaz hanter goude ar varnadenn gentañ, gwelet 'vez en-dro justis bro-C'hall o klask aozañ ur prosez-galv  a-enep da dri c'hamarad deomp, Kristian Georgeault, Gael Roblin ha Paskal Laizé. Hag ur wech all e vo graet dirak lez-varn ispsial Pariz deus ar 17 betek an 28 a viz Du.

Ur prosez politikel eo : barnet e vo ar stourmerien-se evit o oberennoù dizalc'hour, hag e-barzh Emgann MGI da skouer. Diaes eo deomp soñjal ez eus tud e palez justis Paris hag a gred e vefent kablus deus ar pezh a vez rebechet dezho : mod all, perak enta eo bet gortozet pevar bloavezh evit barnañ anezho en-dro ? Hag evel meur a zen ec'h en em c'houlennomp ha reizh e vije  keñver lezenn ur seurt  prosezadur galv dre dammoù hag a seblant bezañ nevez...

Kengred a zo ret evit mont a-enep ar justis gall en he stourm ouzh an tri labourer breizhat-se anavezet mat evit ar perzh kemeret  en hor stourm en amzer dremenet pe en amzer-vrema, hag embarzhet da vat e kevredigezh ar vro. Evit skoazelliñ Gael, Kristian ha Paskal e c'halvomp da vanifestiñ war blasenn Breujoù Breizh  d'ar 15 a viz Du da 2e30 ha da gemer perzh en holl oberennoù skoazell a vo dalc'het er c'houlz-mañ. Ha na zisoñjit ket profañ arc'hant da Skoazell Vreizh : www.skoazell-vreizh.org

Fellout a ra deomp ivez lavaret eo arabat disoñjal ez eus Bretoned all a zo tamalet dezho traoù gant justis bro-C'hall, pe toullbac'het evel Denez Riou : a-viskoazh e vefomp skoaz-ouzh-skoaz gante , na zisonjomp ket anezho !

Evit Emgann MGI
Fañch Oger
Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 16:52

Halte à l’acharnement judiciaire et politique contre Gaël, Paskal et Kristian !

 

Solidarité avec les militants indépendantistes Bretons !

 

 

Au cours de l’année 1999-2000 plusieurs dizaines de personnes furent arrêtées, et parfois incarcérées dans le cadre des enquêtes sur les attentats revendiqués ou attribués à l’Armée Révolutionnaire Bretonne. Beaucoup passèrent entre quatre et cinq ans en détention préventive dans l’attente d’un jugement. A l’issue de ce jugement qui survint en mars 2004, plusieurs d’entre eux (c’est le cas de Paskal Laizé et Kristian Georgeault) revendiquèrent leur appartenance à ce groupe clandestin et furent condamnés en conséquence. D’autres comme Gaël Roblin furent condamnés pour des faits relevant de délit, pour simple contact avec des militants clandestins.Au final, sa peine de prison sera inférieure  au  temps de détention préventive. Tous furent acquittés de toute participation directe ou indirecte à l’attentat de Quévert qui couta la vie à une jeune employée en avril 2000.

Kristian, Paskal et Gaël  sont depuis libres après avoir effectués une longue peine. Ils ont repris tous les trois leur place dans la société bretonne.



Tous les observateurs (avocats, journalistes, public…) présents au moment du proçès soulignèrent l’absence totale d’éléments laissant penser à leur implication dans cette action. La cour en tira toute conséquence en les acquittant de ce fait (entre autres).

 

Pendant des années leur mise en examen pour cet attentat avait permis de  les salir et de justifier de leur long emprisonnement préventif. 10 jours après ce verdict le parquet général décidait de faire appel de cette décision qui était pour lui un véritable camouflet. Toutefois, dans sa précipitation, le parquet ne fit appel que contre trois des acquittés et seulement pour une partie des  faits jugés. Cela semble pour beaucoup d’observateurs se situer une fois de plus aux marges de la légalité judiciaire. C’est pourquoi le parquet a attendu, hésité plus de quatre ans avant d’audiencer ce nouveau procès en sorcellerie qui concerne notamment l’attentat de Quévert !

Il se déroulera du 17 au 28 novembre prochain devant la cour d’assises spéciale à Paris.

 

Pourquoi cet acharnement contre ces trois militants ?

 

Il s’agit, bien sur, pour le procureur de la République Française d’essayer d’effacer l’humiliation subit lors de l’acquittement de mars 2004. Ce procès s’inscrit de plus dans un contexte de répression généralisée contre tout ce qui conteste l’ordre Sarkozyste.

De plus, ces trois militants indépendantistes n’ont rien renié de leurs convictions. Ils ont continué à s’engager publiquement en faveur du droit du peuple breton à décider librement de son avenir, ils ont été de nombreuses mobilisations sociales et politiques (y compris au niveau électoral) contre la casse des services publics, la dérèglementation du droit du travail, la défense de l’environnement, et de toutes les initiatives antisarkozy.

 

Peut être ne partagez vous pas toutes leurs options politiques, mais on ne peut rester les bras croisés alors que ces militants risquent des années de prison pour des faits auxquels ils n’ont pas participé, alors même que l’accusation semble prendre quelques libertés avec le droit.

 

C’est pourquoi nous vous invitons à vous mobiliser :

 

-en participant aux réunions d’information du comité de soutien à Gaël, Paskal et Kristian dans votre ville ou secteur.

-en participant à la manifestation de soutien qui aura lieu le 15 novembre à Rennes autour du mot d’ordre « non à l’acharnement contre Gaël, Kristian et Paskal ! Abolition des lois antiterroristes ! » Faites nous savoir si votre organisation ou association s’y associera.

-En faisant un don ou optant pour le prélèvement mensuel à Skoazell Vreizh (le Secours Breton) qui prend en charge depuis 1969 la solidarité financière avec les militants poursuivis ou emprisonnés pour leur engagement en faveur des droits du peuple breton.

 

 

 

Rennes, le 10 octobre 2008.

Le comité de soutien à Gaël, Paskal et Kristian.

 

Repost 0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 14:31

Pour savoir où aller suivre des cours de breton le plus prés de chez vous:

http://dao.breizh.free.fr/

Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 22:37

Un tregont den bennak o doa kemeret perzh d'al lun 25 a viz eost en un tolpadeg en Gwengamp a-enep da vezañs an arme gall en Afghanistan. Kengalvet o doa LCR bro dreger hag Emgann bro dreger d'ar vanif se. Moarvat e vo un all e fin miz gwengolo.

Repost 0
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 16:24

La France critiquée par les Nations unies

La France a ratifié le  Pacte international relatif  aux droits civils et  politiques et, à ce  titre, le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies a  procédé à l’examen  en  audience publique de la situation des droits humains en
France les 9 et  10 juillet 2008 à Genève. Afin de préparer cet examen, les  organisations non  gouvernementales qui avaient présenté des contre-rapports se  sont préalablement  réunies pendant près de 2 heures avec les experts internationaux membres du  Comité. Etaient présents Giza Eskubideen Euskal Herriko
Behatokia (Observatoire  Basque des Droits Humains), Human Rights Watch, la FIDH (Fédération  Internationale des droits de l’Homme), l’ACAT (Association des Chrétiens pour  l’abolition de la Torture), la Ligue Française des Droits de l’Homme ainsi que  la CIMADE. La délégation du Gouvernement français qui fut longuement interrogée  par les membres du Comité était composée de près d’une vingtaine de  fonctionnaires provenant essentiellement des ministères de la Justice et de  l’Intérieur.Suite à cet examen approfondi, le Comité a adopté ses  observations finales par lesquelles il a fait part publiquement, le 25 juillet  2008, de ses principaux sujets de préoccupation et de ses  recommandations.

Les droits des peuples et des minorités

Auprès  des experts du Comité, Behatokia était intervenu de manière spécifique en faveur  des droits des peuples et des minorités. L’Observatoire Basque des Droits  Humains a souligné l’absurdité de la position de l’Etat français pour lequel,  dans une déclaration interprétative du Pacte, les minorités ne peuvent avoir de  droits reconnus puisqu’en France les minorités ne peuvent pas juridiquement  exister. Ainsi, la Constitution française refuse de reconnaître d’autres peuples  que le peuple français.
A cet égard, à plusieurs reprises devant le Comité,  les autorités françaises se sont réfugiées derrière la conception « française »  des droits humains pour refuser de reconnaître tout droit collectif et combattre  ce qu’elles qualifient d’expressions du « communautarisme ».
Finalement, le  Comité recommande à l’Etat français de « réexaminer sa position concernant la  reconnaissance officielle des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques,  conformément aux dispositions de l’article 27 du
Pacte ».

La législation  anti-terroriste

Dans leurs contre-rapports et interventions, Behatokia et  Human Rights Watch avaient insisté sur les atteintes aux droits résultant de  l’application en France de la législation anti-terroriste.

A ce sujet,  dans ses observations finales, « le Comité note que les actes de terrorisme  représentent une menace pour la vie mais il s’inquiète de ce que la loi no  2006/64 du 23 janvier 2006 permet de placer en garde à vue les
personnes  soupçonnées de terrorisme pour une période initiale de quatre jours, avec une  prolongation possible jusqu’à six jours, avant de les déférer devant un juge qui  décidera l’ouverture de l’instruction judiciaire ou la remise en liberté sans  inculpation. Il relève aussi avec préoccupation que dans le cas des personnes en  garde à vue soupçonnées de terrorisme l’accès à un avocat n’est garanti qu’au  bout de soixante douze heures et peut encore être reporté jusqu’au cinquième  jour quand la garde à vue est prolongée par un juge. Le Comité note aussi que le  droit de garder le silence pendant l’interrogatoire de la police concernant  toute infraction pénale, qu’elle soit ou non liée à des actes de terrorisme,  n’est pas explicitement garanti dans le Code de procédure pénale ».

Selon  les recommandations du Comité, la France « devrait veiller à ce que toute  personne arrêtée du chef d’une infraction pénale, y compris les personnes soupçonnées de terrorisme, soit déférée dans le plus court délai devant un juge,  conformément aux dispositions (…) du Pacte. Le droit de communiquer avec un  avocat constitue également une garantie fondamentale contre les mauvais  traitements et l’État partie devrait faire en sorte que les personnes en garde à  vue soupçonnées de terrorisme bénéficient sans délai de l’assistance d’un  avocat. Toute personne arrêtée du chef d’une infraction pénale devrait être  informée qu’elle a le droit de garder le silence pendant l’interrogatoire de police, conformément au paragraphe 3 g) de l’article 14 du Pacte».

« Le  Comité demeure préoccupé par la longueur de la détention provisoire dans les  affaires de terrorisme et de criminalité organisée, qui peut atteindre quatre  ans et huit mois. Le Comité note que l’assistance d’un avocat de la défense et  le réexamen périodique de la détention par le juge des libertés et de la  détention en ce qui concerne le fondement factuel et la nécessité invoquée de la  détention sont garantis et qu’il existe également un droit d’appel. Néanmoins,  la pratique institutionnalisée d’une détention prolongée aux fins d’enquête,  avant la mise en accusation définitive et le procès pénal, est difficilement  conciliable avec le droit garanti dans le Pacte d’être jugé dans un délai  raisonnable ».

Pour le Comité, « l’État partie devrait limiter la durée  de la détention avant jugement et renforcer le rôle des «juges des libertés et  de la détention».

Les autres principales constatations du  Comité

Plusieurs autres questions importantes ont fait l’objet de  recommandations du Comité.  Pour le Comité, la France « devrait réexaminer  la pratique consistant à placer des personnes condamnées pénalement en rétention  de sûretéaprès qu’elles ont accompli leur peine de réclusion en raison de leur  «dangerosité» à la lumière des obligations découlant » du Pacte.

Selon le  Comité, la France « devrait intensifier ses efforts pour diminuer la  surpopulation dans les prisons et renforcer son contrôle des établissements  pénitentiaires de façon énergique, afin de garantir que toutes les personnes en  détention soient traitées conformément aux prescriptions » (…) du Pacte, dans le  respect de la dignité humaine  et  à l’Ensemble de règles minima pour  le traitement des détenus.

Le Comité  a aussi examiné de nombreux  aspects de la politique gouvernementale à l’égard des étrangers : rétention  administrative, droit d’asile, regroupement familial, mesures d’éloignement, Le  Comité a souligné les nombreuses insuffisances de la législation française dans  ce domaine.

Le Comité a critiqué la multiplication des fichiers en France  et a recommandé que l’État partie « devrait prendre toutes les mesures voul ues  pour garantir que la collecte, le stockage et l’utilisation de données  personnelles
sensibles soient compatibles avec les obligations qui lui incombent  en vertu » du Pacte.

Le Comité critique la législation française qui  interdit le port de signes religieux dans les établissements  scolaires.

Le suivi des recommandations du Comité

Selon l’article  55 de la Constitution française, les stipulations des traités et notamment  celles du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ont une  valeur supérieure à la loi. La France, Etat partie au Pacte, doit s’efforcer de  mettre en œuvre les recommandations du Comité. Pour leur part, les organisations  non gouvernementales doivent se fixer pour tâche d’en assurer le  suivi.

Au mois d’octobre 2008, le Comité des droits de l’Homme examinera  le rapport présenté par l’Espagne sur la situation des droits humains dans ce  pays. A noter que l’Espagne n’a pas présenté de rapport à ce sujet depuis  1996.

Repost 0

Articles Récents