Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:22

image003.jpg

 


Incontestablement le buzz de cette semaine a eu lieu autour de la « Une » du magazine « Bretons » qui a osé titrer « 18 % des Bretons pour l’indépendance ».

 


 

En quelques mots ce magazine, dans lequel Ouest-France à des parts et qui le distribue grâce à son réseau, a du sous la pression du PDG de ce quotidien rappeler le numéro après distribution pour changer sa « Une » qui déplait  au PDG précité.

 

invendus-e1359216149285.jpg

 


 

Cela est devenu évident malgré les dénégations du directeur de « Bretons » qui a dans un premier temps évoqué un  problème d’impression pour justifier ce rappel. Tellement évident que même le syndicat CFDT Ouest-France s’en est ému.

 

 

viewer-1

 

On peut en tirer facilement quelques conclusions toutes aussi évidentes :

 

-Sur l’indépendance de « Bretons » vis à vis de Ouest-France qui semble bien théorique.

 

-La persistance d'un tabou idéologique imposé par certaines élites économiques et politiques en Bretagne sur le vocabulaire que l’on a droit d’utiliser. On de doit pas parler de « peuple Breton » ou de la Bretagne en tant que pays et encore  moins en tant que nation , mais on doit parler de « bretons »  et de la « région ». Les gesticulations de François Régis Hutin pour faire changer la « une » en sont la preuve.

 

Cela entraine un appauvrissement du débat politique en Bretagne et contribue à faire baisser la conscience collective (nationale) du peuple breton. Notons que certains défenseurs d’une certaine forme de souveraineté pour le peuple Breton jouent aussi à ce petit jeu, et utilisent le vocabulaire imposée et autorisée par une certaine bourgeoisie républicaine, pour ne pas choquer l’électeur. Nous en reparlerons.

 

Sur le sondage :

J’ai peu de choses à dire sur le sondage, n’ayant pu acheter « Bretons », seulement que je suis bien aise de constater que malgré la propagande française un nombre non négligeable de (jeunes) bretons ne sont pas insensibles à l’option indépendantiste.

Il me semble qu’un sondage de Presse-Ocean à la fin des années 90 évoquait des pourcentages (prés de 20 %) comparables de jeunes bretons et d’ouvriers favorables à l’idée d’indépendance pour la Bretagne.

 

Sur « Bretons »

 

Là il y a beaucoup de choses à dire. Car sans avoir lu le numéro qui a tant fait parler de lui j’ai pu apprendre de quelques privilégiés (car abonnés) que les personnes invitées à commenter le sondage sont :

 

-Romain Pasquier (un « spécialiste » de la question « régionale »)

 

 -Mona Bras élue Union Démocratique Bretonne au Conseil Régional (parti favorable à une forme d’autonomie régionale dans le cadre de la république française, donc pas indépendantiste)


-Yves Pelle, président de la formation qi s’appelle « Parti breton » et qui se définit comme suit : (article 2-1 de ses statuts) Le Parti Breton a pour objet de rassembler, d’unir et d’organiser tous les Bretons et Amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d’assurer en tant qu’entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d’une Europe des Peuples et de la Solidarité.

En quelques mots , c’est un parti dans lequel on trouve des indépendantistes , c’est incontestable, mais ce n’est pas un parti qui met tout le temps en avant cette option comme en témoigne l’absence de ce mot dans certaines des professions de foi de ses candidats.

 

C’est une formation de taille modeste, ayant quelques élus surtout sur des listes municipales divers droite, donc un parti pas vraiment antilibéral. Ses modéles sont les grands partis bourgeois et chrétiens Basque PNV et CiU Catalan…


Yves Pelle a déja fait la une de “Bretons” il y a quelques mois, je me suis même demandé si il n’émargeait pas comme consultant chez “Bretons”. C’était une “Une” sur l’autonomie de la Bretagne  , un numéro de “Bretons” qui n’avait donc pas trouver judicieux d’interviewer et de faire sa ‘Une “ avec les représentants de l’ UDB qui est le plus vieux (né en 1964) parti autonomiste (quand il veut bien le dire) disposant de 4 élus au conseil regional et d’une centaine dans les municipalités dans le cadre de listes unitaires PS/PC/Verts et compagnie.

Un choix éditorial qui m’avait déja un peu étonné par son parti pris.

 

 

numero-69-octobre-2011.jpg

 


Mais, sincérement, Yves Pelle, dont l’ex collistière aux législatives émargeait il y a peu au MODEM , aurait bien tort de se priver de cette tribune, d'autant que le Parti breton incarne une certaine continuité idéologique avec le MOB des années 60, Strollad ar Vro des années 70...ce qui lui confère à mes yeux une certaine légitimité ; même si vous l'avez saisi ça n'est pas ma tasse de thé.

 


 

 

BBc2xheCYAADTFM.jpg

 

 


Et la Gauche Indépendantiste ?


La gauche indépendantiste (Breizhistance pour les intimes ) se définit dés son 1er article comme ceci : “Article I – But politique

Breizhistance – Indépendance et Socialisme est une formation politique qui se propose d’organiser les Bretonnes et les Bretons afin d’œuvrer collectivement pour l’indépendance bretonne dans la perspective de l'édification d'une société débarrassée de toutes les formes d'exploitations. 

Il entend construire l’unité populaire entre tous ceux et celles qui ont intérêt à changer de cadre institutionnel pour améliorer leur cadre de vie démocratique, l’unité populaire pour l’indépendance et une société solidaire. 

Pour ce faire il s’attelle à travailler sur le terrain public des luttes populaires et sur le plan institutionnel.

C’est trés clair, l’objectif indépendantiste est assumé et réaffirmé dés le point 1 des statuts et jusque dans le sigle “Breizhistance Indépendance et Socialisme”.

Mais, comme c’est étrange, les militants de ce courant ne sont JAMAIS interrogés par “Bretons”.

Pourtant , ceux et celles qui veulent bien s’intéresser  à la vie politique en Bretagne de façon honnête peuvent constater que ce courant pèse au moins autant que le PB.

Ses militants sont souvent à l’origine d’initiatives syndicales, politiques, associatives, linguistiques favorisant l’auto-organisation du peuple breton auxquels se greffent d’autres forces, tout en assumant et revendiquant notre identité indépendantiste.

Nous concourons aux élections en tant qu’indépendantistes  et sans cacher cette option, enfin lorsque nous sommes dans le cadre d’une alliance électorale nous ne cachons pas notre identité et faisons l’accord sur la base “du droit à l’autodétermination du peuple Breton” avec par exemple le NPA, l’UDB ou EELV. 

 


Certains fidéles lecteurs de “Bretons” vont dire que je suis injuste, car j’ai été interviewé par ce mensuel trés people. C’était en décembre 2008 et ma qualité de militant indépendantiste n’avait pas été passé sous silence. Mais cette interview intervenait dans un contexte trés spécial. En effet je (re)passais en procès avec d’autres militants indépendantistes devant une cour d’assises spéciales dans le cadre d’une procédure qui a duré prés de 9 ans suite à une campagne d’actions armées revendiquées ou attribués à une organisation indépendantiste : l’Armée Révolutionaire Bretonne.

Le procès a tourné court…c’est une autre histoire….

Mais quelques semaines avant l’ouverture du procès, “Bretons” avait commis un ”article” marqué par le sceau d’un certains parti pris puisque j’étais le seul nommé dans ce papier (baclé) et que l’on m’attribuait des condamnations pénales  imaginaires. La journaliste qui me connait trés bien n’avait pas jugé utile de m’interroger…

Un petit coup de fil de mon (efficace) avocat et la rédaction de “Bretons” m’envoya un autre journaliste qui écrivit le deuxième papier , qui lui ne tombait pas sous le coup de la loi et que je pus relire avant publication. Bref on s’était arrangé comme ça…

 

Aprés tout ça je me doutais bien que je ne serais plus réintérrogé de si tôt par “Bretons” et franchement ça ne me manque pas.

Je soupçonne un peu “Bretons” d’avoir du coup boycotter tous les militants de la gauche indépendantiste.

Ils auraient pu par exemple interviewer : Jonathan Guillaume porte-parole de notre organisation dont les scores électoraux sont comparables à ceux de Yves Pelle, ou encore Maiwenn Salomon  une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et milite à la gauche indépendantiste et dont Ouest-France Guingamp parlait il y a peu en disant que quand elle faisait campagne ce n’était pas pour faire de la figuration.

 

553322_315841181868797_1010959602_n-1.jpg

Ou encore pouvaient ils interviewer Primael Petit, militant de la Gauche Indépendantiste élu (oui oui ! élu !) sur la liste “Saint Herblain à gauche toute  dans la banlieue de Nantes et qui assume sa qualité d’indépendantiste jusque dans les colonnes du bulletin municipal.

Bref il y avait le choix pour faire entendre le point de vue de la Gauche Indépendantiste. Mais c’est un choix idéologique que les journalistes (y compris ceux de “Bretons” ) n’assument pas : ils donnent la parole à ceux qui leurs ressemblent, qui correspondent à leurs critères de classe.

Et ça marche un peu…Il faut dire que les militants de la Gauche Indépendantiste ne sont pas trés people, un peu crassous meme. Ils/elles ne portent pas souvent la cravate , ne se rasent pas assez, et passent leur temps à défendre des causes qui semblent perdues et avec en plus beaucoup de désintéressement ( et quelques procès…), et c’est vrai les chefs d’entreprises ne sont pas trés nombreux (quoique…) dans nos rangs.

 

Bretons” pendant la lutte contre le CPE (contrat premier embauche) avait réussi le tour de force de pondre un papier avec un titre du genre “ mais quelle mouche a piqué les étudiants rennais ? ” en donnant la parole à : un prof, un socioloque (un “spécialiste “ ! ) et même un flic…mais pas à un étudiant…c’était en 2006. Là encore le journaliste et sa rédaction avait choisit et mis en avant les “interlocuteurs” que l’on peut qualifier de sérieux. Les journalistes , a de rare exceptions prés, choississent et disent ce qui est sérieux et ce qui ne l’est pas, qui est representatif et qui ne l’est pas…quels mots on peut utiliser  ou pas….

Quand ils sortent de sentiers autorisés les patrons de presse les rappellent à l’ordre et font changer les unes….

Gael Roblin (militant indépendantiste breton) le premier février 2012.

 

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Johan 06/03/2014 13:02

Really nice blog i really like your blog.

http://windows8helptech.com/ 23/01/2014 12:43

It was nice of you to share about the buzz of the week, which took place around the “A” magazine “Bristons” who dared caption “18%” of Britons for independence. I think when such magazine issues such article it should not hurt the feelings of the people.

Articles Récents