Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petra eo ar blog-se ?

Pendant longtemps ce blog a été le blog du comité du Trégor-Goelo de la Gauche Indépendantiste Bretonne.La Gauche Indépendantiste Bretonne est en restructuration.Elle se dotera sans doute de nouveaux moyens de communication. Les anciens textes seront laissés comme archives. Ce blog devient celui de son seul animateur, par ailleurs militant de la gauche indépendantiste.Rennes le 20 octobre 2009.





E-pad pell eo bet ar blog-se hini komite Emgann bro dreger-goeloù.Emañ an tu-kleiz evit Breizh Dizalc'h oc'h en em adframmañ.Moarvat en do ar strollad nevez e doareoù kehentiñ.An testennoù kozh a chomo evel dielloù . Dont a ra ar blog mañ da vezañ adalek hiziv hini e vuhezour a chom feal da vreizh dieub ha sokialour.. Roazhon, d'an 20 a viz Here 2009.

Texte Libre

 

 

 

31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 16:21

Une petite trentaine de personnes ont répondues à l'appel du comité Emgann-MGI de Rennes pour dénoncer l'incarcération des dirigeants de Batasuna. Voici le texte qui a été lu devant la prison des femmes de Rennes devant lesquels s'étaient rassemblés les militants. Cette initiative en appelle d'autres en Bretagne ou ailleurs.

"Le 4 octobre dernier étaient arrêtés 23 membres du bureau politique de Batasuna, mouvement de la gauche indépendantiste basque. Cela suivait les arrestations de deux autres dirigeants de ce parti, Joseba Alvarez et Arnaldo Otegi quelques temps auparavant, ainsi que celles de militants d’autres organisations basques comme le mouvement de jeunesse indépendantiste Segi ou le collectif de soutien aux prisonniers politiques Askatasuna. Le crime de ces personnes selon l’Etat espagnol : appartenir à des mouvements illégalisés en raison des idées qu’ils défendent, c’est a dire principalement le droit du peuple basque à décider lui-même de son avenir sans les avis de Paris et de Madrid selon des conceptions héritées des époques colonialiste ou franquiste.

 

Bien sûr, ces méthodes antidémocratiques ne sont pas nouvelles de la part du Royaume d’Espagne : les autorités sont depuis plus de quarante ans habituées à mettre en œuvre les moyens les plus sales pour contrer ceux qui, au Pays Basque notamment, réclament inlassablement le droit à l’autodérmination pour leur peuple : interdiction de radios, de journaux (comme ce fut le cas avec le quotidien Egunkaria en 2001), interdiction de mouvements politiques (comme Batasuna ou Segi), interdiction de listes électorales de la gauche indépendantiste, parfois après les élections, comme ce fut le cas pour les listes du parti Accion Nacionalista Vasca en mai dernier, arrestations massives de militants, tortures physiques et morales (plus d’une centaine de cas relevés chaque année), dispersion de la quasi-totalité des près de 700 détenus politiques basques hors du pays basque, disparitions de militants, sabotages des voitures des familles de prisonniers entrainant des accidents parfois graves… Et cela est bien sur approuvé silencieusement par l’Etat français qui, non content de pratiquer lui aussi une politique de dispersion des prisonniers politiques, n’hésite pas à envoyer les basques qu’il attrape se faire torturer dans les commisariats madrilènes, et ce en vertu d’accords signés par un certain Nicolas Sarkozy avec l’ancien premier ministre espagnol Jose Maria Aznar il y a quelques années.

 

 

Face à ces attaques du gouvernement espagnol qui brisent le processus de paix voulu par le peuple basque et enclenché par la gauche indépendantiste, nous réaffirmons que le droit à l’autodétermination des peuples, que ce soit au Pays Basque, en Bretagne ou ailleurs, est un droit inaliénable, nous apportons notre soutien aux militants de Batasuna dernièrement incarcérés ainsi qu’à tous les prisonniers politiques qu’ils soient basques, bretons, irlandais… Et j’en oublie. Je finirais par un hommage à une militante basque, Argi Perurena Pascual, incarcérée à quelques mètres de vous, dans la prison des femmes de Rennes.

 

 

Errepresioaren kontra, gora elkartasuna ! Batasuna, euskal presoak eta autodeterminazioa aurrera !

 

 

Holl a-gevred a-enep ar waskerezh hag evit ar gwir d’en em dermenin ! Batasuna dieub !

 

 

Contre la répression, vive la solidarité ! Vive Batasuna et le droit à l’autodétermination des peuples !"

Emgann bro Roazhon le 29 octobre 2007.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents